Monsieur Palrady-Dyon

Les jeux sont faits. Il ne restait plus qu’à attendre le décompte des votes qui décidera la forme que prendra le prochain gouvernement canadien. En attendant la décision des électeurs, Jacques Palrady-Dyon, qui se présente pour le Parti vert dans la circonscription Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, s’est réuni, avec d’autres candidats verts, chez Dalila, une autre candidate du parti. Selon M. Palrady-Dyon, son parti est toujours pertinent malgré la montée des programmes environnementaux chez ses adversaires.

« La science nous dit qu’il faut agir pour protéger notre future même à court terme » : c’est l’urgence climatique qui fait la pertinence du Parti vert selon Monsieur Palrady-Dyon. Quoique tous les partis politiques se dotent d’un plan environnemental, ils maintiennent des dépenses et des projets polluants.

Bien que l’aspect environnemental des autres partis vienne leur voler des votes, le candidat y voit une victoire. Le fait que les autres partis semblent de plus en plus prendre le climat en considération dans leurs promesses et leur politique est une victoire en soi pour les Verts. Il considère même que c’est une partie du travail qui est accomplie bien que cela soit toujours insuffisant.

Avec le temps, il espère que son parti va gagner en popularité. Avec l’accélération des changements climatiques, il espère que les électeurs vont réaliser l’urgence d’agir.