Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Saison de ski : les stations ont le feu vert

18 novembre 2020 - 15:31

L'Association des stations de ski du Québec (ASSQ) se dit confiante face à l'engouement des skieurs cette saison. (Photo courtoisie: ASSQ)


Xavier Gagnon, Gabriel Paré-Asatoory

Les amateurs de sports de glisse peuvent se réjouir, la saison de ski aura bien lieu cet hiver, même dans les stations situées en zone rouge. De nombreuses mesures sanitaires devront être respectées afin de limiter la propagation de la COVID-19. Les changements apportés n’affecteront toutefois pas l’engouement des skieurs, estime l’Association des stations de ski du Québec (ASSQ). 

Yannick Charette, directeur des programmes de développement de la relève et de la promotion de la sécurité à l’Association, affirme qu’après plusieurs mois de confinement, les adeptes de plein air seront au rendez-vous cet hiver.

« On sent plus que jamais que les gens veulent sortir dehors et profiter des sports de glisse. On le voit dans la vente d’équipements et dans la vente d’abonnements de saison ». – Yannick Charette, ASSQ

Parmi les nouvelles règles à respecter en zone rouge, seuls les membres d’un même ménage pourront utiliser ensemble un remonte-pente. La santé publique demande aussi aux stations de désinfecter les télésièges une fois par jour. « Avec le froid, l’ensemble des produits qu’on utilise gèle. On est en train de faire des tests et on travaille avec la santé publique pour trouver une solution », explique M. Charette. 

Certaines stations de ski demanderont également aux consommateurs d’arriver sur leurs sites, déjà changés et prêts à skier. « Cette année, votre voiture, c’est votre chalet. On l’a vu au Sommet Saint-Sauveur, les gens sont arrivés avec des chaises de camping pour se changer à côté de leurs voitures », mentionne le directeur. Il ajoute que des stations permettront aux skieurs et planchistes de se changer dans les chalets. Ces derniers devront toutefois déposer leurs sacs dans leurs véhicules. 

Avant de se déplacer, Yannick Charette invite la clientèle à consulter les sites Internet des stations afin de connaître leurs règlements. « Beaucoup de stations vont donner la priorité aux détenteurs de billets de saison. Les gens qui voudront acheter des billets journaliers devront vérifier la disponibilité de ces derniers et réserver en ligne », précise-t-il. 

Une baisse d’achalandage à prévoir

Afin de respecter les mesures sanitaires établies par la santé publique, les stations de ski devront limiter le nombre de visiteurs sur leurs sites. « On va vendre moins de billets cette année afin d’éviter les rassemblements dans les chalets et dans les files d’attente. On prévoit donc des pertes au terme de la saison », affirme Hugues Leclerc, directeur marketing et communications des stations Stoneham et Mont-Sainte-Anne. 

Compte tenu de la situation liée à la COVID-19, certains employés ont décidé de faire une croix sur la prochaine saison. « À Stoneham et au Mont-Sainte-Anne, on a beaucoup d’employés plus âgés qui sont là depuis très longtemps. Certains ont décidé de prendre leur retraite alors que d’autres ont pris une année de pause. Une chose est sûre, les employés sont plus anxieux qu’à l’habitude », explique M. Leclerc. 

Le contrôle des opérations et la rentabilité demeurent les plus importants défis cette saison, selon le directeur.

Une saison gâchée ? 

Chloé Dumas, skieuse d’expérience, admet que l’attrait social, qui sera grandement diminué cette année à cause des restrictions et de la distanciation sociale, lui fait hésiter à se procurer un abonnement de saison. « Quand tu enlèves les aspects d’être en amies, de boire une bière d’après-ski, de covoiturer à partir de la ville et de se réchauffer à l’intérieur, ça enlève beaucoup d’attraits », reconnaît-elle. La skieuse devra se rabattre sur les options offertes par les stations de ski, puisque les compétitions de ski ont été annulées cette année.

« Être chronométré pour boire un chocolat chaud, ça enlève beaucoup de magie ». – Chloé Dumas, skieuse professionnelle 

C’est surtout la limitation des pistes auxquelles elle aura accès qui rebute Chloé Dumas. En effet, elle devra choisir une seule montagne pour la saison, restrictions obligent. Malgré tout, elle pense louer quelques fois un chalet pour profiter du ski hors-piste. Elle croit également que les stations de ski auraient intérêt à aménager des espaces extérieurs chauffés pour renforcer l’engouement des skieurs et skieuses.