Pour sa première année à l’Université Laval, Anne Lamothe évolue au poste de demi d’ouverture dans l’équipe de rugby féminin du Rouge et Or. (Crédit photo : Claudia Camplong)

L’équipe de rugby féminin de l’Université Laval s’en va directement en demi-finale du Championnat RSEQ le 30 octobre prochain. Anne Lamothe est l’une des nouvelles recrues de l’équipe. Après une saison régulière parfaite, les joueuses désirent persévérer et surtout conserver leur titre de championnes canadiennes.

Numéro 1 du top 10 U Sports, le Rouge et Or du rugby féminin reste invaincu depuis sa victoire face aux Thunderbirds de l’UBC au Championnat U Sports en 2019. La nouvelle équipe entraînée par Kevin Rouet a dominé sa poule durant la saison régulière.

Grâce à leur première place, les joueuses sont passées à travers les quarts de finale du Championnat RSEQ. Elles en ont profité pour se reposer un peu, non sans relâcher la technique. Les entraînements reprennent en intensité durant la semaine de relâche.

La demi-finale aura lieu à domicile, au Stade TELUS-Université Laval, le 30 octobre. Le Rouge et Or rencontrera alors les Ravens de Carleton.

Le Vert et Or de Sherbrooke et les Stingers de Concordia n’ont pas réussi à tenir tête au Rouge et Or de l’Université Laval. Cependant face aux Gee-Gees d’Ottawa, les rencontres ont été plus serrées : respectivement 8 à 7 et 17 à 10 pour le Rouge et Or à une semaine d’intervalle. « Avec les Gee-Gees c’était vraiment sérieux. Vraiment un bon calibre de jeu. C’est là où on voit si notre structure passe ou ne passe pas », explique Anne Lamothe.

Demi d’ouverture pour le Rouge et Or, Anne Lamothe prédit une nouvelle rencontre avec les joueuses de l’Université d’Ottawa dans les prochaines semaines, en final du RSEQ ou lors du Championnat U Sports. Ce dernier se tiendra du 10 au 14 novembre.

Le Championnat U Sports conclut la saison de rugby universitaire. L’adversaire redouté est le même qu’en 2019 : les Gaels de l’Université Queen’s. Les Gaels ont de très bonnes statistiques selon Anne Lamothe. « Ça sera un challenge » de les affronter, avance celle qui a joué trois ans pour les Élans de Garneau.

Nouvelle génération

Le 16 octobre, les joueuses de rugby du Rouge et Or ont confirmé leur formation par une victoire de la marque 62 à 0 face au Vert et Or de Sherbrooke. Les joueuses menées par leur capitaine Laurence Chabot ne se sont pas ménagées, testant leurs structures, tactiques et techniques.

Elles sont 25 nouvelles recrues à vivre leur première expérience de rugby universitaire. Ces nouvelles athlètes du Rouge et Or et plusieurs « vétérans » n’ont pas pu jouer l’année dernière en raison de l’annulation de la saison, Covid-19 oblige. Cela ne se ressent pas sur leurs résultats et leur cohésion.

L’expérience des « anciennes » permet aux nouvelles joueuses de mieux s’adapter à leur nouvelle vie. « Elles nous aident dans tout, autant au niveau académique, dans la vie, que sur le terrain », confie Anne Lamothe.

Connaître ses partenaires est essentiel pour développer le meilleur jeu. La confiance qui lie les joueuses leur permet de se reposer les unes sur les autres durant les phases de jeu, et de s’entraider dans les moments les plus intenses. Ce sera le cas lors du Championnat U Sports où les joueuses du Rouge et Or vont remettre en jeu leur titre de championnes canadiennes.

Rugby : sport de contact et de technique

Contrairement au football américain répandu en Amérique du Nord, le rugby se pratique sans protection. Les joueurs et joueuses doivent donc développer leur technique pour éviter les blessures. Un entraînement rigoureux est nécessaire, mais n’empêche pas « les petites blessures », comme le rapporte Anne Lamothe, demi d’ouverture dans l’équipe du Rouge et Or.

Le rugby féminin pratiqué au Canada est plus technique, plus tactique. Les contacts, comme les « plaquages », demeurent incontournables.

Dans un bon plaquage, le plaqueur attrape le possesseur du ballon au niveau de la taille ou plus bas, et le maintient brièvement au sol. Saisir le joueur adverse plus haut accroît les risques de blessures. Un mauvais plaquage entraîne des pénalités, voire des sanctions plus lourdes.

 

Étudiante au Certificat en travail social et nouvelle athlète du Rouge et or, Anne Lamothe espère conserver avec son équipe le titre de championnes canadiennes décroché par la cohorte de 2019. (Crédit photo : Claudia Camplong)
Cette saison, plus de la moitié des joueuses de l’équipe de rugby du Rouge et Or sont nouvelles dans le sport universitaire. Leurs entraînements paient déjà : elles s’en vont vers la finale du RSEQ. (Photo de courtoisie)