Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Nicolas-Guy Turbide : une victoire qui promet pour l’avenir

4 octobre 2016 - 12:16

Nicolas-Guy Turbide revient des Jeux de Rio avec de nouveaux défis en vue pour le futur. (Crédit photo : Julien Girard)


Julien Girard

 

Tout nouvellement arrivé à Québec après son parcours et sa médaille de bronze aux Jeux paralympiques de Rio, Nicolas-Guy Turbide entame maintenant un autre cycle de quatre ans, ayant pour but de se qualifier pour les prochains Jeux paralympiques de 2020 à Tokyo. L’athlète étudiant de 19 ans prévoit se concentrer sur la nage, mais aussi sur son avenir en dehors de l’eau.

Encore sur un nuage après sa troisième place à la compétition du 100 mètres dos, Nicolas-Guy Turbide commence tranquillement à redescendre sur terre depuis son retour dans la vieille capitale.

Arrivé à Québec à la mi-septembre, le jeune nageur se remet à peine de ses émotions. Son expérience au Brésil, qu’il considère comme « indescriptible », est de loin le moment le plus marquant de sa jeune carrière paralympique. Accompagné par ses parents au Brésil, le nageur natif de Cap-Rouge se dit privilégié d’avoir pu participer à un événement d’une telle envergure.

Outre le fait d’être monté sur la troisième marche du podium, son moment le plus marquant reste la cérémonie de fermeture des Jeux. « C’était la fête partout dans le stade Maracana, les partisans, mais surtout les athlètes célébraient et faisaient le party », explique-t-il. Les représentants de chaque pays ont paradé dans le plus gros stade du Brésil, hôte de la Coupe du monde de football deux années auparavant.

Repos et regard pour le futur

Le nageur paralympique profite de ses vacances du moment en pensant à tout sauf à la nage. « Je me suis entrainé 30 heures par semaine pendant 56 semaines, j’ai besoin de temps pour me reposer et me changer les idées. » Outre la nage, qui occupe la plus grosse partie de son temps, Nicolas-Guy pratique la guitare. Cela lui permet de prendre du temps pour lui même, explique-t-il.

L’école occupe aussi une place importante dans sa vie, puisqu’il vise à poursuivre une carrière professionnelle après la nage. Entre les compétitions et les entraînements, le jeune nageur étudie grâce au programme de cégep à distance.

Il prévoit terminer son DEC dans les prochaines années, puis s’inscrire à l’université. Intéressé par les calculs et les chiffres, Nicolas se voit étudier en administration ou en finance à l’université. Il veut suivre les traces de son mentor et ami Benoît Huot, nageur paralympique et gagnant de plusieurs médailles, qui vient lui de terminer son baccalauréat en communication. Tout comme la natation, les études restent une priorité pour Nicolas-Guy Turbide.