Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Le yoga : un sport pour la santé physique et mentale de tous

10 novembre 2020 - 10:14

Claudia Delgado, copropriétaire de Anahata Bonheur et Yoga depuis janvier 2019, offre également des cours adaptés aux personnes ayant une mobilité réduite spécifiquement. (Crédit photo : Lucie Clabaut)


Lucie Clabaut

À cause de la Zone rouge, de nombreux sports doivent maintenant se pratiquer à la maison dans la Capitale-Nationale. Anahata Bonheur et Yoga, une entreprise centrée sur le yoga au cœur du quartier St-Roch à Québec, suit le mouvement et organise maintenant des cours de yoga via la plateforme Zoom. Lise Thibeault, copropriétaire de l’entreprise, explique les différents bienfaits de ce sport qui est « surtout un mode de vie ».

Anahata Bonheur et Yoga a vu le jour en janvier 2019. Lise Thibeault et Claudia Delgado, toutes deux enseignantes pour le compte de cette entreprise, partagent leur passion pour l’univers du yoga. Depuis maintenant 15 ans, elles se passionnent pour ce mode de vie qui apporte « la réduction d’une charge de stress, la régularisation du rythme cardiaque ainsi que l’apaisement du système nerveux », décrivent-elles.

L’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ) confirme que le yoga aurait de nombreux avantages sur le corps et l’esprit : le renforcement musculaire, l’acquisition de plus de souplesse, la pratique d’une meilleure technique respiratoire, ainsi que la relaxation.

Selon Mme Thibeault, le yoga aurait deux branches principales : une section plus axée sur le cardiovasculaire et les pratiques musculaires, ainsi qu’une section plus complète qui regroupe le mode de vie du yoga en incluant la méditation, les différentes techniques de relaxation, les exercices respiratoires, etc.

Une expertise nécessaire

Cette idée de développer une entreprise inclusive et accessible à tous vient avec son lot de responsabilités. « Il faut du courage pour oser faire les choses différemment », confie Mme Thibeault. L’expertise de formation est également nécessaire pour faire en sorte que tout le monde se sente accepté dans ce sport. « À nous deux, nous avons presque 1 000 heures de formation chacune », confirme Mme Delgado.

Cette petite entreprise de Québec est la seule au Canada à prôner l’inclusion d’une manière différente : « Nous sommes les seules à regrouper durant nos cours des gens normaux avec des gens ayant un handicap, un cancer, etc. », indiquent-elles. Tout cela se fait dans le respect de la différence et dans l’apprentissage d’aimer son propre corps selon mesdames Thibeault et Delgado.

Les personnes souffrant d’un quelconque handicap ont ressenti un impact remarquable sur leur mobilité, ainsi que sur la réduction de leur stress, estime Mme Delgado. Le yoga aurait donc un impact sur la santé physique, mais aussi sur la santé mentale. « L’objectif est de faire travailler le corps pour avoir un esprit clair », précise Lise Thibeault.

Depuis le début de la pandémie, Anahata Bonheur et Yoga offre des retraites en ligne ainsi que des capsules vidéo accessibles sur leur page Facebook. Malgré la situation, les deux propriétaires ont toutes deux réussi à s’adapter à la situation. « Nous étions préparées à la deuxième vague », confirme Mme Delgado. Elle voit un besoin criant de la part de la population de calmer l’anxiété naissante due à la Covid-19.

 

Du yoga pendant l’apéro

Selon un article du journal Le Soleil, de nombreuses déclinaisons du yoga existent : le yoga-bière ou encore le yoga-chèvre. Ce dernier consiste à pratiquer le yoga accompagné de chèvres. La chèvre n’hésitera pas à grimper sur le dos du participant. L’animal permettra également de se concentrer sur le présent afin de pratiquer la pleine conscience. Quant au yoga-bière, malgré son originalité, il ne serait pas très populaire chez les professionnels du yoga. Un article du journal TVA Nouvelles parle en effet d’enseignantes qui pointent du doigt « l’entrave [au] contrôle musculaire et [l’] atteinte à l’équilibre et à l’endurance », dit M. Ingo Froboese, docteur de la Haute École du sport de Cologne.

 

Madame Thibeault enregistre présentement ses cours en ligne de Barcelone, cela ne l’empêche pas d’enseigner sa passion et de garder une complicité avec ses élèves autant qu’avec sa partenaire grâce au numérique. (Crédit photo : Lucie Clabaut)

Les cours de yoga se donnaient avant sur place dans l’arrondissement de Limoilou, à Québec. Une retraite à la Baie de Beauport a été également annulée à cause de la Covid-19. En remplacement, Claudia Delgado offre régulièrement des capsules vidéo afin de ne pas briser le lien avec sa communauté. (Crédit photo : Lucie Clabaut)