Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

La petite reine mise à l’honneur à Québec

12 novembre 2013 - 13:44

Les deux organisatrices de l’évènement, Mme Julie Blackburn (gauche) et Mme Annabelle Dumais (droite).


Maxime Bilodeau

QUÉBEC – Le temps d’une journée, un événement-bénéfice a réuni  une partie de la communauté cycliste québécoise. En effet, plus d’une centaine d’amateurs de la petite reine (la bicyclette) ont assisté samedi dernier à l’événement Le cyclisme québécois, j’y crois! organisé à Charlesbourg par le Groupe Investors. Tous les profits amassés lors de cette journée d’exposition et de conférences l’ont été au profit de Mélissa Boisvert, une athlète paracycliste canadienne.

Cette activité s’est déroulée alors que le cyclisme ne cesse de gagner en popularité au Québec. En 2010, L’État du vélo, une étude quinquennale menée par Vélo Québec, rapportait qu’environ deux millions de Québécois utilisent leur vélo au moins une fois par semaine. Ce chiffre était de 1,8 million en 2005 et de 1,6 million en 2000. L’étude de Vélo Québec soulignait également une augmentation du nombre de cyclistes dits de loisir, la clientèle concernée par Le cyclisme québécois, j’y crois!

Mis sur pied par mesdemoiselles Julie Blackburn et Annabelle Dumais du Groupe Investors, l’évènement a connu une première édition au-delà de leurs attentes. «Nous sommes agréablement surprises de la réponse positive des gens. À un tel point, que nous avons eu peur dans les derniers jours de manquer d’espace dans les locaux que nous avions réservés pour la journée», ont-elles confié à l’Exemplaire. Les deux organisatrices ont bon espoir de rééditer l’évènement l’année prochaine.

Interrogées quant aux raisons qui les ont poussées à organiser cette journée, mesdemoiselles Blackburn et Dumais ont affirmé vouloir en quelque sorte joindre l’utile à l’agréable. «Bien sûr, c’est une vitrine qui nous permet d’exposer nos [le Groupe Investors] services. Mais avant tout, c’est l’occasion rêvée pour rencontrer des gens avec qui nous avons des liens et des atomes crochus par rapport à la pratique du cyclisme», ont affirmé celles qui s’adonnent à cette discipline dans leurs temps libres.

Trois conférenciers ont par ailleurs été invités à s’adresser à la foule tout au long de la journée. C’est M. Sylvain Potvin de l’École du vélo qui a ouvert le bal en présentant de manière humoristique les aptitudes et habiletés techniques que doit maîtriser tout bon cycliste. L’entraîneur a ponctué sa présentation de nombreuses démonstrations effectuées à même des rouleaux d’entraînement sur lesquels il pédalait.

La seconde conférencière, Joanie Caron, s’est quant à elle confiée sur son vécu de cycliste professionnelle féminine. Sur le ton de l’anecdote et de la confidence, l’athlète de 29 ans a relaté les grandeurs et misères de son métier. Loin d’être amère du peu de place qui est réservée au pendant féminin de sa discipline, celle qui est diplômée de la maîtrise en kinésiologie de l’Université Laval s’est par ailleurs dite « confiante » pour l’avenir de son sport.

Après une seconde présentation de la conférence de M. Potvin, c’est le docteur en physiologie de l’exercice et spécialiste des sports d’endurance M. Guy Thibault qui a pris la parole. Auteur du récent En pleine forme : conseils pratiques pour s’entraîner et persévérer et contributeur régulier à plusieurs magazines spécialisés du Québec, M. Thibault a partagé ses foisonnantes connaissances en préparation physique et en entraînement. Il a entre autres souligné l’efficacité de l’entraînement par intervalles, une modalité d’entraînement qui consiste à alterner entre des efforts de faible et de forte intensité.