Ancien joueur de division 2 pour le Cégep Champlain-St-Lawrence, Patrice Drouin est fier de l’engouement pour le basketball dans la région de la Beauce. Mais, dit-il, « il reste beaucoup à faire. » (Crédit photo : Anthony Lajeunesse)

C’est dorénavant officiel, le campus du Cégep Beauce-Appalaches, situé à Sainte-Marie de Beauce, donne naissance à une nouvelle équipe de basketball masculin collégiale. Patrice Drouin, enseignant et responsable de la concentration soccer-basketball pour la Polyvalente Benoît-Vachon de Sainte-Marie, a été désigné en tant que consultant pour cette jeune équipe collégiale. Ce dernier voit un bel avenir pour ce nouveau programme.

« Le projet s’entame officiellement cette session-ci, et mon rôle est de structurer le commencement de cette nouvelle équipe. » Pour cette année, M. Drouin admet que les joueurs devront se contenter d’entraînements et de parties hors-concours contre des équipes du secondaire. D’après lui, l’intégration de l’équipe dans le réseau du sport étudiant collégial se fera d’ici deux ou trois ans.

Le consultant de l’équipe promet que le projet va bon train et il sera développé tranquillement. « Il reste beaucoup à faire, mais nous avons un début. » Il précise que les inscriptions sont maintenant complètes.

Les demandes constantes des parents pour inscrire leurs enfants à des ligues civiles ont poussé M. Drouin à réfléchir à la possibilité d’une équipe collégiale : « À entendre ce genre de questionnement, j’ai compris que des choses pouvaient être faites pour ce sport dans notre région. »

L’enseignant de la Polyvalente Benoît-Vachon explique que de plus en plus de jeunes ont un intérêt pour le basketball et qu’avec l’arrivée du campus collégial à Sainte-Marie – ouvert depuis plus de cinq ans –, la poursuite de ce sport devenait logique. Pour lui, il suffit d’établir une certaine structure entre le primaire, le secondaire et le cégep pour bâtir ce nouveau projet.

Obstacles à l’horizon

M. Drouin reconnaît que ce nouveau programme amène son lot de problèmes. Un manque de personnel, l’embauche d’un entraîneur-chef adéquat et l’intérêt des étudiants athlètes pour cette nouvelle équipe en sont des exemples.

Le consultant de l’équipe explique que du recrutement devra être effectué pour que le programme atteigne un certain prestige : « On ne veut pas seulement des joueurs de Sainte-Marie, on veut plus gros. » Ce recrutement devra être réalisé par l’entraîneur-chef selon M. Drouin, d’où l’importance du choix de l’individu.

Déterminé plus tôt cette semaine, c’est le jeune Mariverain Jeffrey Banville qui a obtenu le titre. Ce dernier mentionne qu’il est comblé d’avoir eu le poste d’entraineur-chef pour cette nouvelle équipe de basketball. Il dit qu’il est d’attaque pour améliorer le niveau de performance de son équipe dans les prochaines années.

Quant à M. Drouin, il souligne qu’il ne pourrait pas être plus satisfait par l’embauche de M. Banville. Il explique que ce dernier est le mieux placé présentement pour répondre à l’objectif principal, qui est de faire un pont entre le secondaire et le collégial. Jeffrey Banville est un ancien élève de la Polyvalente Benoît-Vachon : « Il connaît déjà la région et la structure de nos programmes de basketball », se réjouit M. Drouin.