Le 5 octobre, le verdict tombe comme une guillotine : les centres d’entraînement du Québec en zone rouge devront fermer leurs portes, jusqu’au 28 octobre. En attendant la suite, ces derniers devront user de créativité pour garder un contact avec leur clientèle et leurs athlètes en proposant des alternatives à l’entraînement en salle. L’Exemplaire est allé à la rencontre du propriétaire d’un de ces centres, le Forge Gym, pour s’enquérir de comment il compte s’adapter à cette nouvelle fermeture.

Situé depuis maintenant 5 ans dans le parc industriel Colbert, à Québec, le Forge Gym offre des cours de groupe d’entraînement fonctionnels. Les défis de la seconde fermeture annoncée lundi seront multiples pour le centre, ne serait-ce que par le fait que certains membres ne sont jamais revenus depuis la réouverture, suite à la première vague de Covid-19. Forge Gym et son propriétaire ne jette pas la serviette pour autant.

« Mes priorités sont de communiquer les informations avec mes membres et les garder au courant des développements. Dans la mesure du possible, j’aimerais pouvoir offrir des cours de groupe à l’extérieur, explique Cody Barker, propriétaire du Forge Gym.

La situation est d’autant plus frustrante pour l’entrepreneur qui avait instauré plusieurs mesures barrière pour s’adapter à la nouvelle réalité.

« J’ai réduit la taille des groupes de 10 à 6 personnes pour assurer une meilleure distanciation sociale dans les classes. Point de vue sanitaire, c’est gel hydroalcoolique et la désinfection d’équipements à la fin de chaque session. Le tout engendre des coûts supplémentaires, alors j’ai dû augmenter mes tarifs. »

Pour monsieur Barker et son centre, la variable la plus difficile à gérer reste l’incertitude reliée à la date exacte de la réouverture. En attendant les détails de l’aide gouvernementale, l’entrepreneur ne compte pas chômer, il s’active déjà à trouver des moyens pour garder sa clientèle motivée.

Des entraînements à la maison

Malgré les mesures barrières mises en place par leur centre d’entraînement depuis la réouverture, la deuxième vague inquiète certains membres. Cette inquiétude fut amplifiée par la transition en zone rouge décrétée par le gouvernement fin septembre, due à l’augmentation soutenue des cas dans la Capitale-Nationale.

 » J’adore mon gym et je veux le supporter, mais la distanciation sociale est plus difficile dans un contexte d’entraînement fonctionnel. Cela me stressait, même avec les mesures en place, alors que pour moi l’entraînement est supposé être une échappatoire », explique Rosalie Bugeaud, cliente du Forge Gym.

Face à ce constat et avant les annonces de la fermeture, Forge Gym a adapté son offre et propose maintenant la possibilité à ses membres de suivre des séances synchrones à la maison, via les réseaux sociaux. L’entraînement est dirigé par un entraîneur, minimaliste au niveau de l’équipement requis et permet de garder un contact avec les membres.

Une saison de compétition annulée

Pour certains, l’entraînement fonctionnel (alias CrossFit) n’est pas uniquement une méthode d’entraînement pour se garder en forme, mais plutôt un sport compétitif. La scène de compétition est particulièrement développée en saison estivale, autant dans la Capitale-Nationale, que dans le reste de la province. L’arrivée de la Covid-19 en mars a par contre contrecarré la saison de beaucoup d’athlètes, toutes les compétitions ayant été annulées.

« C’est certain que c’est frustrant, mais c’est quelque chose qui est complètement hors de mon contrôle. Je focus sur les variables que je peux contrôler, je maintiens des habitudes saines et me prépare tranquillement pour 2021″, nous confie Marie-Michèle Pharand, athlète de CrossFit.

La situation est d’autant plus désolante puisque depuis la réouverture des centres d’entraînement en juin, beaucoup d’athlètes se préparaient pour les qualifications annuelles d’octobre qui mène vers la scène mondiale : les CrossFit Opens. Malheureusement, pour des raisons autant logistiques que sanitaires, ces qualifications ont dû être reportées à 2021.

Tout compte fait, peu importe la raison qui pousse les gens à pratiquer le CrossFit,le dénominateur commun qui les unit est qu’ils espèrent tous pouvoir reprendre leur sport le plus rapidement possible.