Les armes à feu sont classifiées en trois groupes qui dictent les exigences légales et sécuritaires liées à sa possession ou à son obtention. Jusqu'à récemment, cette catégorisation ne tenait pas compte du système de tir. (Crédits : Sean Gladwell via Getty Images)

La tuerie de masse de Portapique, en Nouvelle-Écosse, est survenue les 18 et 19 avril 2020. Elle s’avère être la plus importante tuerie à avoir eu lieu au Canada, enlevant la vie à 23 personnes, dont celle d’une agente de la Gendarmerie royale du Canada. Dès le 1er mai 2020, le gouvernement du Canada a réagi en interdisant plus de 1 500 modèles d’armes d’assaut au pays. Plus récemment, le 16 février 2021, les Libéraux ont aussi déposé le projet de loi C-21 qui donne la possibilité aux municipalités d’interdire l’entreposage des armes de poing sur leur territoire. Plus d’un an après la tragédie de Portapique, où en est l’implantation des réglementations canadiennes?

Pour accéder au reportage, cliquez sur l’image.

Les armes à feu sont classifiées en trois groupes qui dictent les exigences légales et sécuritaires liées à sa possession ou à son obtention. Jusqu’à récemment, cette catégorisation ne tenait pas compte du système de tir. (Crédits : Sean Gladwell via Getty Images)