Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Sites de rencontre : le virtuel dépasse-t-il le réel ?

13 mars 2019 - 09:08

"Je me suis dit  Je ne perds rien, essayons." déclare Catherine Lacoursière-Chevalier, ex-utilisatrice de l'application Tinder. (Crédit photo: Caroline Devillers)


Caroline Devillers, Amandine Cardonnet

Trouve-t-on aujourd’hui réellement l’amour via les sites de rencontre ? La réalité et le hasard sont-ils devenus des facteurs démodés ? Aujourd’hui, au Canada, la quasi-totalité de la population a accès à internet régulièrement comme le montre un sondage de Kabane. Cet accès de plus en plus simple et rapide au web a entraîné depuis ces dernières années une multiplication des sites et applications de rencontre. Il est désormais possible de découvrir des personnes parmi lesquelles se cache peut-être l’âme sœur.

Trois étudiantes de l’Université Laval s’expriment sur leur définition d’un site de rencontre et évoquent les raisons pour lesquelles leur utilisation est « révolutionnaire ».

 

« La rencontre via le virtuel c’est en fin de compte seulement une configuration différente qui va arriver à la même finalité » –
Alban Thomas, doctorant en sociologie à l’UQAM.

 

Vous l’avez peut-être croisé une fois sans lui adresser un regard, elle était peut-être assise dans le même avion que vous, il aurait pu aller aux mêmes activités que vous mais à des heures différentes…, tant de possibilités de rencontres qui n’arrivent pas toujours. Ces applications permettent de connaître des personnes que nous n’aurions jamais pu voir avant.

Dès lors, ce monde virtuel transforme-t-il les relations humaines ? Une coexistence entre le réel et le virtuel est-elle possible ? Alban Thomas, doctorant en sociologie et spécialiste dans les relations virtuelles et les impacts qu’elles ont sur la réalité, admet que beaucoup de changements s’opèrent depuis plusieurs années concernant le contact humain.

« Le challenge, c’est de trouver un bon équilibre » explique Alban Thomas, assistant de recherche en sociologie à l’UQAM. (Crédit Photo: Amandine Cardonnet)

« La rencontre via le virtuel, c’est en fin de compte seulement une configuration différente qui va arriver à la même finalité, c’est-à-dire que les deux personnes vont tout de même se voir en vrai comme si elles s’étaient tout simplement croisées dans un café ou autre. Ça ne va pas changer les liens sociaux d’attachement. Les rencontres en ligne ne remplacent pas les rencontres entre personnes, on a cette possibilité en plus, il faut juste apprendre à jouer avec. » déclare Alban Thomas.

D’après lui, le processus lié au virtuel reste, contre toute attente, similaire aux différentes phases de rencontre de deux personnes qui se seraient connues dans la réalité. Il s’agit d’un même schéma typique que deux individus vont suivre étape par étape. « L’envie de rencontrer et de socialiser reste la même. Les individus vont communiquer certes différemment, mais fondamentalement cela ne va pas entraver le côté réel de la chose. La manifestation des liens sera juste différente. » explique-t-il.

Du point de vue des mœurs et de la sociologie, Alban Thomas constate diverses évolutions dans la rencontre amoureuse : « C’est certain qu’on peut voir des transformations de la société avec une ouverture plus grande envers le numérique, mais on ne dirait pas qu’il y a une reconfiguration. Ça va juste être un autre moyen de créer des relations il n’y a pas un remplacement de nature. »

Deux espaces qui cohabitent 

Les notions de virtuel et de réel seraient donc représentées comme deux mondes distincts et pourtant, similaires. Ils cohabiteraient ensemble pour la rencontre amoureuse. « La manière de se comporter en ligne n’est pas pareille que dans la vie réelle. Il y a des changements de normes, de valeurs et des ajouts que le réel ne connaît pas forcément. Il faut apprendre à passer d’un espace à l’autre. Le challenge, c’est de trouver un bon équilibre et de chercher les normes qui correspondent à chaque espace pour construire une relation stable. » poursuit Alban.

Avec l’ampleur d’internet et la notoriété des sites de rencontre, beaucoup de personnes se sont lancées pour objectif d’aider les utilisateurs à contrôler ces normes sociales et ainsi passer du virtuel au réel plus facilement. « De plus en plus de YouTubeurs donnent des conseils pour l’utilisation de Tinder et l’après Tinder. Il y a un apprentissage des normes de ces deux espaces différents. Le virtuel ne remplace donc pas [le réel], mais ajoute quelque chose aux rencontres. Le téléphone intelligent s’inclut dans le système et dans nos quotidiens. »

Selon une étude réalisée par l’institut CSA (Consumer, Science and Analytics), 62% des personnes inscrites sur un site de rencontre en ligne veulent uniquement des aventures sans lendemain alors que 35% désirent une relation plus sérieuse. Tinder s’est d’ailleurs forgé une réputation comme étant l’application à utiliser pour des rencontres sans lendemain.

Cependant, une autre étude dirigée par le PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences) démontre que les couples rencontrés sur internet seraient plus heureux, à long terme, que les couples qui se rencontrent par les voies « traditionnelles ». Internet aurait donc bel et bien révolutionné le monde des rencontres en ligne tout en ne touchant pas à la magie des premières rencontres qui débouchent sur une vraie histoire d’amour.