Les quatre tours du projet condominiums de C. R. Gagnon ainsi que la cinquième dont la construction a été arrêtée cet automne. La construction de quatre tours supplémentaires aurait dû compléter le projet. (Crédit photo: Frédérique Duplessis)

Sylvain Juneau, réélu maire de Saint-Augustin-de-Desmaures pour un troisième mandat le 7 novembre dernier, avait promis de mettre un terme à la construction de condominiums lors de sa campagne électorale. Son administration a décidé de réviser le plan d’urbanisme de la ville, pour inclure notamment davantage d’espaces verts, mais l’avenir des sites n’est pas confirmée. 

« C’est une très bonne idée, mais ça aurait dû être fait avant », déclare Caroline Gonthier, résidente de Saint-Augustin-de-Desmaures depuis 31 ans, au sujet de l’arrêt de la construction des tours de condominiums. Madame Gonthier se désole du manque de parcs et de la destruction de boisés dans le secteur des Bocages où elle habite. Elle lance que si elle avait voulu vivre en ville, elle n’aurait pas choisi la banlieue. 

« On vivait dans un environnement boisé, c’était ça Saint-Augustin. Les Bocages, s’étaient synonymes d’un environnement paisible », Caroline Gonthier. 

Selon madame Gonthier, ses voisins sont ennuyés par la pollution visuelle que les tours engendrent. Ces habitations dérangent sa de vie quotidienne. « Il y a beaucoup plus de trafic, il y a plus de monde partout ». (Crédit photo: Frédérique Duplessis)

Caroline Gonthier se dit cependant très heureuse que l’administration de Sylvain Juneau ait ordonné au promoteur C. R. Gagnon d’arrêter la construction de son projet de neuf tours à condominiums au début du mois de novembre. « Le fait qu’ils aient poussé comme des champignons, ça nous tombe tous sur les nerfs », souligne-t-elle. 

Madame Gonthier espère que le maire tiendra sa promesse et que la Ville utilisera les terrains restants pour construire des espaces verts et non des commerces comme le nouveau plan d’urbanisme le propose. Le futur des chantiers en cours n’est pas connu pour l’instant. 

La ville de Saint-Augustin-de-Desmaures n’a pas souhaité accorder d’entrevue sur la révision du plan d’urbanisme. Toutefois, Sylvain Juneau avait partagé sa vision des choses dans une publication Facebook lors de sa campagne électorale.

« Je répète par ailleurs que je souhaite d’abord et avant tout la fin définitive du développement intensif des tours à condos. Terminée la densification du secteur à outrance, si chère aux promoteurs. Elle n’est en rien compatible avec la recherche de l’équilibre nécessaire entre la vie en communauté et le besoin de quiétude », Sylvain Juneau, sur Facebook. 

Dans ce texte, le maire réélu ajoute qu’il aimerait voir des parcs et des espaces verts construits à la place des condominiums. Des consultations publiques ont eu lieu à ce sujet du 6 septembre au 29 octobre 2021. Le but était de sonder la population sur le futur des terrains laissés vacant par l’arrêt de la construction. 

Étienne Berthold, professeur agrégé du département de géographie et de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval, estime lui aussi qu’il faut accorder une place aux espaces verts dans un plan d’urbanisme. « Ça fait longtemps, en urbanisme, qu’on sait que ça prend des espaces verts dans une ville », constate-t-il. Il explique que la canopée, la couverture végétale des arbres, est essentielle pour diminuer les îlots de chaleur. Ceux-ci amènent à une montée plus rapide de la température dans les espaces urbains où il y a peu de végétation. « Les espaces verts nous permettent de nous divertir, mais font aussi baisser la température », ajoute Étienne Berthold. 

Le chercheur émet cependant une réserve quant au fait de laisser les promoteurs construire eux-mêmes les espaces verts comme il était d’abord prévu à Saint-Augustin-de-Desmaures. Tous les promoteurs n’ont pas nécessairement cette expertise, croit-il. 

Des condominiums colorés du vert des taxes

Selon Étienne Berthold, les villes sont souvent tentées de se tourner vers la construction de condominiums pour les taxes supplémentaires qu’ils génèrent pour la ville. « En faisant, par exemple, 150 condos en hauteur, sur la même superficie que tu aurais fait 20 maisons unifamiliales, bien tu vas chercher beaucoup plus de taxes foncières », mentionne-t-il. 

Au moment d’écrire ces lignes, le nombre de tours à condominiums dans le secteur des Bocages à Saint-Augustin-de-Desmaures monte à plus de dix.

Pour les citoyens, la construction de condominiums rend l’accès à un logement abordable plus difficile, car elle se fait au détriment la part du parc locatif au sein de la municipalité. « C’est beaucoup moins accessible », constate Monsieur Berthold. En effet, la location d’un appartement peut être plus abordable que l’achat d’un condominium pour plusieurs familles, selon monsieur Berthold. 

Avec sa réélection, Sylvain Juneau déclarait vouloir éviter l’ajout d’une nouvelle taxe pour les citoyens si des condominiums supplémentaires devaient voir le jour. En effet, la capacité du réseau municipal, comme les aqueducs et les égouts, sera bientôt atteinte dans le secteur des Bocages, indique le maire dans sa lettre ouverte : « Une mise à niveau (millions de $) de ces infrastructures impliquerait l’imposition d’une taxe de secteur à toutes les unités de condos existantes dans chacune des tours et à toutes les maisons unifamiliales déjà construites de cette partie de la ville ».

La décision de l’administration de Sylvain Juneau a également mis sur la glace la construction d’une quatrième tour pour Humania Condos Nature. (Crédit photo: Frédérique Duplessis)

Alors que la révision du plan d’urbanisme de Saint-Augustin-de-Desmaures ne sera pas complétée avant 2023, ce qui est une durée normale, estime Étienne Berthold. Selon lui, une telle mesure peut effectivement prendre plus qu’une année à élaborer. « C’est long, parce que c’est complexe […] Le plan d’urbanisme, pour une ville, c’est la grande œuvre ».