C’est dans une salle comble que 80 spectateurs ont assisté à la première représentation de la pièce de théâtre Ste-Agapit 1920 mise en scène par Olivier Normand le 27 janvier dernier.

Cette pièce qui mélange performance, danse et théâtre explore les thèmes de la mort et de la fuite inévitable du temps. C’est après avoir été témoin des derniers instants de sa grand-mère souffrant d’Alzheimer qu’Olivier Normand a eu l’envie de créer ce spectacle.

Après avoir participé à de nombreux projets dans des théâtres institutionnels et des théâtres de créations, après avoir travaillé avec des gens de renom comme Robert Lepage, le metteur en scène s’est lancé dans ce projet. « Fort de toutes ces expériences, je sens maintenant le désir de commencer un travail plus personnel. Histoire d’avoir un espace de création qui me soit propre » explique-t-il.

Sur scène performent deux danseuses et une actrice : Ariane Voineau, Mélanie Therrien et Claudiane Ruelland. Les trois interprètes transmettent au public à l’aide de très peu de mots et beaucoup de mouvements les balbutiements de la mémoire d’une vieille femme mourante. Les souvenirs de jeunesse se confondent à la réalité crue d’une chambre d’hôpital.

Les décors à la fois inspirés du réel et du surréalisme rappellent aux spectateurs le chevauchement du souvenir et de la réalité introduit dans la pièce.

Dans cette pièce, le metteur en scène pousse les limites de la performance. Une histoire est racontée, est-ce du théâtre? Il y a plus de mouvements que de dialogues, ne serait-ce pas plutôt une danse? Olivier Normand ne cache certainement pas son inspiration des tendances multidisciplinaires et de métissage des genres que l’on peut observer un peu partout en art ces dernières années.

À la sortie de la salle, plusieurs spectateurs étaient à la fois charmés et bouleversés par la pièce. Devant cette poésie de peu de mots, un commentaire semblait faire l’unanimité : « C’était beau! » Délicatesse, vérité crue et beauté ont été des mots souvent utilisés par ceux-ci pour décrire leur expérience.

La pièce qui est le premier projet des Instants suspendus est présentée du 27 janvier au 7 février 2015 au Théâtre Premier Acte.