Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Feux de forêt en Californie : plusieurs célébrités touchées

4 décembre 2018 - 11:43

La fumée qui menace une habitation de Paradise Malibu, le 8 novembre. (Crédit photo : Josh Edelson / AFP)


Alexia Bille

Alors que Camp Fire a ravagé la Californie pendant deux semaines, on a vu apparaître sur les réseaux sociaux des témoignages de célébrités concernées par la catastrophe, offrant une visibilité accrue du phénomène climatique. Retour sur les raisons d’un coup de projecteur médiatique.

Robin Thicke, Gerard Butler, Liam Hemsworth et Miley Cyrus, Neil Young autant de personnalités qui ont perdu leurs maisons dans les flammes des feux ravageurs près de Malibu.

Sur les réseaux sociaux, les vidéos de leur fuite, les photos de leurs habitations en cendres et les messages de soutien aux pompiers déferlent et émeuvent le public. La photo de la maison détruite de Miley Cyrus et Liam Hemsworth a été likée plus de 1 500 000 fois. Aussitôt, on voit apparaître dans les médias des articles qui listent les personnalités qui se sont vues obligées de quitter leur foyer. Des articles qui sont assez courts et apportent peu d’informations sur la maîtrise du brasier ou le nombre total de victimes. Alors pour quelles raisons ces gens sont-ils plus importants et plus représentés dans les médias que le reste des habitants de l’État ?

Pourquoi un tel engouement pour le sort des célébrités ?

Si vous êtes familier avec le journalisme, peut-être connaissez-vous la loi de proximité qui explique que l’on est plus ou moins touché par une information, suivant la proximité affective, géographique, temporelle ou sociétale que l’on entretient avec le sujet de la nouvelle. On appelle « mort kilométrique » la partie géographique de ce phénomène (le décès d’une personne dans notre rue nous émeut plus qu’un plus grand nombre au bout du monde). Ce principe est applicable à la situation dont il est question. Les Californiens qui ont perdu leurs maisons ne sont pas forcément proches d’un point de vue géographique des gens qui vont s’intéresser à la nouvelle. Les habitants de Malibu ne sont pas non plus de même catégorie socioprofessionnelle que la plupart des consommateurs de nouvelles. Et nous n’avons pas de proximité affective avec eux, car nous ne les connaissons pas. Au contraire, nous créons du lien affectif avec les personnes célèbres que nous suivons sur les médias sociaux.

De plus, les célébrités qui ont touché le public par leurs publications sont des influenceurs qui tiennent un rôle semblable à celui de leader d’opinion. À en croire le professeur Georges Chétochine, spécialiste du comportement humain, les célébrités ont une influence importante sur « l’amplification exponentielle de la circulation du message ». La visibilité médiatique qu’ils confèrent aux thèmes qu’ils ont choisi d’aborder contribue à la création du « buzz ». Il définit ce terme comme une « caisse de résonance d’une information par le bouche-à-oreille en ligne ». L’information traitée fait donc le tour du monde, grâce à la communauté des artistes qui relayent (retweets, likes, partages…) le message. Les célébrités mettent donc en lumière des phénomènes par leur notoriété, et confèrent de l’importance à une thématique particulière, elles exercent un pouvoir d’influence potentielle sur leur entourage.

Dans leur proposition d’agenda de recherche, les professeurs Vernette, Bertrandias, Galan et Vignolles expliquent l’influence des stars sur la couverture médiatique des médias traditionnels.« Ainsi, auparavant, l’influence d’une célébrité ne s’exerçait que si elle était soutenue par les médias traditionnels, et diminuait sensiblement si ceux-ci l’abandonnaient. Les médias sociaux donnent, à l’inverse, à la célébrité une indépendance plus forte pour constituer et entretenir un maillage de relations virtuelles avec ses fans, susceptible de se transformer en communauté, via Internet. »

Quelle utilisation de la notoriété ?

Entre les remerciements adressés aux pompiers et les mises en garde écologiques et environnementales, les célébrités ont usé de leur notoriété pour mettre en place des systèmes d’entraide.

Sur Instagram, la plateforme qui a donné le plus de visibilité au phénomène avec Twitter, Haylie Duff a lancé avec une amie le compte « We love Malibu ». Il s’agit de dons d’objets, de vêtements ou de services qui seront mis aux enchères, ce qui permettra de récolter de l’argent pour les pompiers et les sinistrés.

Sur le même principe, Miley Cyrus et Liam Hemsworth ont créé la « Malibu Foundation » qui récolte des dons pour aider les pompiers et les victimes pour reconstruire Malibu, faire de la prévention sur les enjeux climatiques et les feux de forêt.

Le Festival One Love Malibu est organisé le 2 décembre, afin de récolter des fonds pour les mêmes raisons. Plusieurs célébrités, dont Katy Perry, Cara Delevingne, Robin Thicke et Gwen Stefani s’y produiront. Toutes les places ont d’ores et déjà été vendues.

Enfin, certaines stars prennent aussi des initiatives personnelles à l’instar de Lady Gaga, qui a visité un refuge et apporté du réconfort aux sinistrés. Venus sur le plateau d’Ellen DeGeneres pour s’expliquer sur leur emploi de pompiers privés durant l’incendie, Kim Kardashian et Kanye West ont fait deux dons de 200 000 $ à des associations, et un de 100 000 $ à la famille d’un pompier qui a perdu sa maison alors qu’il combattait les flammes.