Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Zone rouge : persévérance au programme Créativité et médias du Cégep Limoilou

14 octobre 2020 - 16:52

Éric Gagné, technicien, donne des conseils pratiques pour guider les nouveaux étudiants dans leurs apprentissages. (Crédit photo : Xavier Gagnon)


Xavier Gagnon, Gabriel Paré-Asatoory

La COVID-19 a forcé les établissements postsecondaires du Québec à offrir la majorité de leurs cours en ligne pour la session d’automne. Au Cégep Limoilou, les étudiants au programme Créativité et médias ont tout de même accès aux matériels de tournage afin de réaliser leurs projets. Pour les professeurs du département, il était primordial que les étudiants continuent à toucher aux aspects pratiques de leur formation.

Les professeurs Pierre Blais et Richard Lacombe s’entendent pour dire que l’enseignement à distance est loin d’être idéal. Les élèves peuvent tout de même s’estimer chanceux d’avoir accès aux services offerts, affirment-ils. Après plusieurs semaines d’adaptation, les professeurs se sont familiarisés avec l’enseignement à distance et sont satisfaits de la réceptivité des étudiants.  

Un contexte qui forge le caractère 

En s’inscrivant au programme Créativité et médias au Cégep Limoilou, Thomas Gaboury était loin de se douter qu’il recevrait la majorité de sa formation en ligne. Compte tenu de la situation liée à la COVID-19, l’étudiant suit la totalité de ses cours théoriques via l’application Zoom

Thomas Gaboury, étudiant au programme Créativité des médias au Cégep Limoilou, suit la majorité de sa formation à distance. (Crédit photo : entrevue via Skype)

Malgré les nombreuses restrictions sanitaires et une fermeture du campus pour les activités régulières, les élèves ont tout de même accès aux studios d’enregistrement et aux salles de montage. « Les techniciens nous donnent la théorie en ligne, comme ça, lorsque nous arrivons en studio, nous avons les bases et nous savons comment procéder. Ils sont tout de même avec nous sur place pour nous guider », mentionne Thomas. Il rappelle que les règles d’hygiène, comme le nettoyage des micros, sont appliquées. 

L’étudiant se dit tout de même déçu par la situation. « J’ai l’impression que je ne vivrai pas mon expérience dans le programme à 100%. Plusieurs projets sont tombés à l’eau, mais bon, on ne peut rien y faire », souligne-t-il. Thomas Gaboury profite du confinement pour écrire une websérie avec un ami. Il espère pouvoir débuter le tournage dès que la situation le permettra.