La page d’accueil du site internet de l’Association des communicateurs scientifiques du Québec affiche en première page une formation pour éduquer les communicateurs à dialoguer avec un public particulièrement réticent. (Capture d’écran par Myriam Labbé, le 07 décembre 2021)

QUÉBEC – L’instantanéité et l’anonymat des réseaux sociaux ont permis aux mouvements pseudo-scientifiques et aux fausses nouvelles de prendre une ampleur jamais vue. Alors que le monde entier lutte contre la pandémie de COVID19, une épidémie de désinformation se propage aussi dans la population. Notre journaliste Myriam Labbé a rencontré divers acteurs de la communication scientifique au grand public pour découvrir les stratégies qu’ils adoptent pour lutter contre cette pandémie parallèle.