Le magasin au Peps de l’Université Laval sera un magasin satellite de celui de Sainte-Foy, l’objectif étant de faire connaître la marque Décathlon. (Crédit photo : Mégan Harvey).

Le 16 octobre prochain, l’entreprise Décathlon ouvrira les portes d’une deuxième succursale dans la région au Peps de l’Université Laval. Le projet Décathlon Québec a été mis en branle il y a environ trois ans, avec l’ouverture du Décathlon Sainte-Foy en 2019. Cette ouverture s’inscrit dans un plan plus large de croissance de l’organisation en Amérique du Nord. 


La Ville de Québec a toujours été dans la mire de Décathlon en raison de la culture du sport présente chez les résidents selon Romain Berquand, directeur adjoint chez Décathlon Canada et responsable de la division à Québec. En effet, ces derniers semblent démontrer une fidélité dans leurs habitudes d’achat dans le domaine du sport, ce qui constitue un marché prometteur pour l’entreprise.

L’ouverture du magasin au Peps de l’Université Laval s’inscrit dans un plan plus large de croissance de l’entreprise au Québec ainsi qu’au Canada. Décathlon Canada a pour objectif d’établir une présence d’un bout à l’autre du pays. Bien que l’entreprise possède déjà des succursales à Halifax, Toronto, Québec, Calgary et Montréal, elle veut également s’installer à Vancouver. Cela s’inscrit dans l’objectif de répondre aux besoins des sportifs à travers le Canada.

Le développement de l’entreprise vise également le marché nord-américain, connu pour être un des plus gros marchés du sport. Toutefois, les habitudes de consommation diffèrent largement d’une région à l’autre dans ce même continent. C’est donc dans cette optique que la compagnie sonde les marchés actuellement. Romain Berquand, directeur adjoint chez Décathlon Canada, est persuadé que l’entreprise peut apporter beaucoup dans cette région.

La santé financière pour Décathlon

Selon des études réalisées par Décathlon, dans 50 à 60% des cas où les individus ne pratiquent aucun sport, la raison est liée au coût de l’inscription et de l’équipement sportif. En distribuant leurs propres produits dans leur magasin, la compagnie contrôle le coût de production et d’achat ce qui leur permet de vendre à prix réduit comparativement à d’autres marques telles que Nike, The North Face, etc. C’est la stratégie adoptée par l’entreprise pour atteindre ce marché.

La pandémie de la Covid-19 ne semble pas avoir affecté financièrement Décathlon. « Globalement, après la pandémie, on a quand même bien repris », mentionne le Directeur adjoint de Décathlon Canada. La découverte et la redécouverte du sport pour plusieurs durant cette période ont permis à Décathlon de survivre et, même, de croître durant cette période économiquement difficile. Comme le dit Romain Berquand : « Au final, tout ce qui touche à la passion du sport c’est bon pour nous ».

Romain Berquand, directeur adjoint chez Décathlon Canada et responsable des magasins à Québec. (Crédit photo : Mégan Harvey)