Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Rigueurs hivernales : le Sud sauve les Québécois

27 mars 2019 - 16:22

M. Hochedez, conseiller en voyages, remarque que « les Québécois, tannés de l’hiver, n’ont pas hésité à s’endetter pour s’évader. On a eu des demandes de grandes familles qui ont dépensé plusieurs milliers de dollars pour partir en voyage à la relâche. » (Crédit photo : Marilyn Hawey)


Marilyn Hawey

L’hiver 2019 tire à sa fin et s’annonce comme l’un des plus lucratifs des dernières années pour plusieurs compagnies de voyages du Québec. Avec les vagues de froid glacial et une quantité de neige plus élevée qu’à l’habitude, les Québécois ont senti davantage l’urgence de s’évader. Résultat : une hausse des demandes pour les voyages dans le Sud, ce qui a tenu les conseillers en voyages très occupés comme c’est le cas pour Jérémy Hochedez. Selon lui, les lendemains de tempête ont incité les gens à prendre leur décision pour partir, et ce, sans hésitation.  

Avec cette neige abondante, « on est arrivé à un point où les gens nous appelaient après une tempête et ne voulaient même plus une destination précise. Ils disaient : « On veut seulement du soleil ! » », lance M. Hochedez. Selon lui, cet hiver, « il y a facilement un tiers de plus de demandes pour ce type de voyages contrairement aux autres années ». Dans le Sud, c’est la belle saison alors qu’ici, au Québec, c’est la forte période de l’hiver. Avec les transferts, la nourriture et les boissons plus abordables, les formules de type « tout inclus » sont les plus recherchées par les voyageurs. Le Mexique, la République dominicaine et Cuba sont leurs destinations favorites.

Selon M. Hochedez, la période où les demandes ont été les plus fortes est lors des premières semaines de janvier. « On ne pouvait plus relever la tête ! On travaillait six jours sur sept. Normalement, au retour des Fêtes, les gens n’ont plus d’argent. Pour nous, janvier reste une période où souvent nous recevons une forte demande, mais cette année, ça a été particulièrement costaud ! Le climat a été bon pour nous », avoue-t-il.

Le conseiller, contrairement aux autres années, a reçu beaucoup de demandes de clients pour des voyages de trois ou quatre jours. Selon lui, certains d’entre eux n’avaient que peu de temps pour partir, mais ils en sentaient le besoin urgent. Dans ces moments-là, il affirme que « les gens ne regardent pas la qualité de la nourriture. On les envoie à Cuba. Les plages sont magnifiques. À Varadero, en quatre heures d’avion, ils sont arrivés à destination. »

Attention aux rabais

Devant ces fortes demandes, M. Hochedez croit qu’il est important pour les consommateurs de se méfier des sites de voyages à rabais, même s’ils ont vraiment envie de partir en voyage. « Dans 99,9 % des cas, les prix qu’ils offrent et ceux offerts par une agence de voyages sont les mêmes. Aussi, ça ne sert à rien d’aller voir mille agences. Nous donnerons tous les mêmes prix et souvent des promotions pour les familles », dit-il.

Lors de leur achat auprès d’une agence de voyages, les clients sont automatiquement inscrits à l’Office de la protection du consommateur. Cela dit, en cas de problème, comme avec Air Canada et les Boeing 737 V8 Max, les conseillers en voyages reçoivent beaucoup d’appels et sont présents pour accompagner les clients. « On doit regarder tous les vols à venir de nos clients et s’ils sont susceptibles d’avoir des avions de ce type. Nous anticipons les remboursements ou les changements possibles, ce qu’un site de voyages à rabais n’offre pas », précise M. Hochedez.

M. Hochedez constate que la plupart du temps, « il suffit que les consommateurs sortent de l’aéroport et la neige est déjà oubliée ! » (Crédit photo : Marilyn Hawey)

Alors que certains préfèrent les vols directs vers le Sud, d’autres choisissent plutôt les croisières pour lesquelles les agences de voyages notent aussi une augmentation des demandes pour la saison hivernale de 2019. (Crédit photo : Marilyn Hawey)