Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Québec : implanter la culture chinoise à travers les arts martiaux

12 février 2020 - 09:46

Après six voyages en Chine pour sa formation, Michael LI valorise les arts martiaux chinois en les intégrant dans les habitudes québécoises. (Crédit photo : Manuela Ibounda)


Manuela Ibounda

Le Tai chi, le Qi Gong et le Kung Fu sont des héritages de la culture chinoise présents à Québec. Dans plusieurs écoles d’arts martiaux ouvertes dans la ville, les élèves sont de plus en plus nombreux à s’y intéresser. Hommes, femmes et enfants viennent tous les soirs au centre du Kung Fu à la Pyramide de Ste-Foy pour décompresser du stress quotidien et découvrir des valeurs venues de loin.

Un mode de vie en Chine, un moyen d’apaisement au Canada. La pratique du Kung Fu est un processus de synchronisation du corps avec l’espritpour les élèves. C’est sous une musique douce, les pieds en avant, les genoux fléchis, les orteils pliés, que Michael LI, alias « SIFU » qui signifie maître, donne les cours de Kung Fu aux élèves présents ce jour-là dans son école d’arts martiaux.

Cet ancien employé d’une entreprise d’architectes pendant dix ans a tout quitté pour transmettre les valeurs chinoises à travers la pratique du Tai chi, du Kung Fu et du Qi Gong : la confiance en soi, l’endurance, le respect et l’esprit de famille. « Les enseignements que nous leur transmettons, explique Michael, vont leur servir durant toute la vie. La pratique du Kung Fu ou une autre discipline permet à l’apprenant de se libérer de son énergie négative pour laisser place aux vertus tant au niveau du caractère que celui du développement personnel. »

Vêtus de pantalons noirs, chemises bleues, sans chaussures, les apprenants appliquent les consignes de leur maître. Démonstration des formes les unes après les autres, ils suivent le mouvement de l’instructeur qui n’hésite pas à recadrer les plus lents et à motiver ceux qui sont fatigués. Au bout d’une heure d’exercice, place à l’hydratation. Un moment de pause pour le maître qui peut répondre aux questions et préparer la démonstration suivante.

Un pas en avant, les rangs se reforment, têtes baissées en signe de respect avant de rejoindre le tatami. Une manière de faire qui séduit toujours Annie, la quarantaine, pratiquante du Kung Fu depuis deux ans. « Je trouve que c’est la discipline chinoise la plus complète. Tout se passe dans le mental et la souplesse. C’est une discipline qui transmet une partie des origines chinoises. » Place à la réalisation d’une autre forme, le « Wu BU Quan » : les cinq positions basses. Technique de base permettant aux débutants d’apprendre à gérer leur équilibre et leur mental.

Rééquilibrer le corps, apaiser le mental

Promouvoir la santé par le biais du Kung Fu à Québec, c’est la visée principale de Michael. Cette discipline est pratiquée depuis des milliers d’années en Chine. Il s’agit d’un héritage de connaissances accumulées au fil du temps. Cet art permet de se développer autant au niveau physique que spirituel.

Tous viennent pour un même objectif, celui de rééquilibrer le corps et d’apaiser le mental. « J’ai eu un accident qui a causé un déboitement de mes jambes. Et je fais du Tai Chi pour recouvrer ma mobilité sainement », nous dit Éric sourire aux lèvres. Jeunes, enfants et adultes québécois ne s’en lassent pas depuis la création de cette école il y a quatre ans. « J’ai commencé la pratique des arts martiaux à l’âge de 9 ans. Aujourd’hui, j’ai choisi de me concentrer sur le Kung Fu », nous dit Marianne.

Selon ses adeptes, ce mode de vie permet de changer les mauvaises postures corporelles qu’on acquiert pendant le travail, facilite le changement alimentaire et rend l’esprit immortel. Les  différents mouvements appris s’inspirent des valeurs de certains animaux tels que le Tigre, le Singe ou encore l’Aigle. Ainsi, le corps aiderait-il l’esprit à être plus en paix. Une conception qui a amené le maître des lieux à organiser un voyage de formation et de découverte approfondie en Chine.