Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Nouveau métier : «influenceur»

13 décembre 2017 - 01:39

« Pour être influenceur, il faut de la rigueur et de la patience, explique Catherine Paquin, étudiante en communication. Il faut aussi être accessible et avoir un sens de l’esthétique pour que le contenu publié soit visuellement agréable. » (Crédit photo : Elisabeth Boulay)


Elisabeth Boulay

Depuis quelques années déjà et particulièrement en 2017, les « influenceurs » font leur place dans les médias sociaux. Cette occupation ou, dit-on, métier est de plus en plus populaire. Selon Catherine Paquin, étudiante en communication qui est elle-même une influenceuse, « ils sont la publicité de demain ».

 

Selon vous, pouvons-nous dire qu’être influenceur est un métier ?

Je serais portée à dire qu’être influenceur peut être un métier. Je connais certaines personnes qui vivent du fait d’être payées pour faire des vidéos YouTube ou promouvoir des produits sur les médias sociaux. Par contre, c’est un travail éphémère dans la vie d’une personne. En fait, son travail durera le même temps que la popularité de la personne.

Que pensez-vous apporter aux gens qui vous suivent sur les médias sociaux ?

Ce que je pense et que j’aimerais apporter aux gens qui me suivent sur les médias sociaux c’est de l’inspiration. J’aime montrer mes plus belles photos de voyagse pour inspirer les gens. J’aime aussi pouvoir faire profiter à mes abonnés de me découvertes et je pense pouvoir leur apporter une certaine confiance en un produit ou un lieu précis.

Quelle est une journée type pour vous ?

Pour ma part, je n’ai pas de journée type. Je publie une photo environ tous les deux jours. Les offres de partenariats sont aussi à gérer. Je peux en recevoir trois dans une même journée et aucune le lendemain ou les jours suivants. Je prends alors du temps pour répondre aux demandes et aux messages de mes abonnés. Le reste de la journée, je garde un œil sur mes médias sociaux. Il se peut aussi que j’aie à me déplacer pour profiter d’un service ou prendre une photo dans le but d’en faire de la publicité.

Qu’est-ce qui vous a amenée à être influenceuse ?

Le monde des médias sociaux me passionne depuis toujours. Après avoir participé à une télé-réalité populaire au Québec, j’ai gagné plusieurs milliers d’abonnés et c’est ce qui me permet aujourd’hui de recevoir de belles offres et de pouvoir continuer à faire découvrir de belles choses à mes abonnés.

Pourquoi croyez-vous qu’on parle de plus en plus de ces influenceurs web?

On parle de plus en plus d’eux puisqu’ils sont de plus en plus présents et nombreux. Les compagnies se tournent davantage vers eux pour promouvoir leurs produits ou leur entreprise puisque cela est moins coûteux pour eux et leur apporte une grande visibilité. C’est un peu comme un échange de services. L’influenceur reçoit un produit gratuitement ou se fait même payer pour en parler. L’entreprise gagne en abonnés et il va de même pour l’influenceur.

Quel est l’avenir de ce métier ?

Je pense qu’il prendra de plus en plus de place dans la société. La télévision est en déclin et les médias sociaux, au contraire, prennent de plus en plus d’importance. Pour cette raison, je pense qu’être influenceur est un métier d’avenir, mais qui devra être plus encadré suite aux nouvelles lois sur la publicité dans les médias sociaux.