Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Les jeux d’énigmes comme nouvelle forme de théâtre participatif

14 novembre 2018 - 21:26

Alexia Desaulniers, participante aux jeux d’énigmes Sort qui peut ! et Énigma, conseille « aux joueurs de commencer par fouiller la pièce de fond en comble. Les solutions se trouvent dans les moindres détails » (Crédit photo : Élisabeth St-Pierre)


Elisabeth St-Pierre

La soirée d’Halloween du 31 octobre dernier a été bien occupée dans le milieu des jeux d’énigmes et d’évasions à Trois-Rivières. Alexia Desaulniers, participante et joueuse aguerrie, explique en quoi son expérience s’apparente en étant membre d’une distribution dans une pièce de théâtre. Elle explique le principe des jeux d’énigmes et d’évasions et décrit le rôle d’acteur qu’occupe le participant.  

Le jeu d’énigmes Sort qui peut ! situé dans le secteur Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières, met en scène deux scénarios possibles à résoudre, soit le grimoire et « Il était une fois ». En tant que joueuse d’expérience, Alexia Desaulniers explique qu’il vaut mieux « jouer en groupe constitué de 2 à 6 personnes dépendamment du niveau de difficulté désiré. Par exemple, une équipe de deux personnes devra fournir un plus gros effort mental que celle composée de six joueurs. »

Avant de commencer le jeu, les participants sont amenés dans une pièce où ils doivent se déguiser et visionner un court-métrage afin de les situer dans l’action. Selon Alexia Desaulniers, « c’est à ce moment-là que le sentiment de faire partie de l’énigme et de jouer un rôle dans une histoire se fait ressentir ».

Par la suite, les candidats sont amenés dans une chambre fermée à clé regorgeant d’indices et d’une multitude d’énigmes à résoudre afin de pouvoir s’évader. Le temps maximal accordé à ces derniers pour s’échapper de la pièce est de 60 minutes. Dans le cas d’une impasse, les participants peuvent demander de l’aide avec un émetteur-récepteur.

Pour s’évader, selon Alexia Desaulniers, « les joueurs doivent d’abord faire preuve d’observation et par la suite user de leur logique ». Même si techniquement, le scénario est écrit et doit être suivi par les joueurs, ils ont tout de même une influence par les actions qu’ils posent. La résolution des énigmes se déroule donc toujours de manières différentes en fonction des décisions prises par les participants. Ainsi, Alexia explique que ces derniers « sont au cœur de l’intrigue et ne doivent jamais hésiter à demander des indices au maître du jeu en cas de besoin pour sauver du temps ».

À la fois spectateurs et acteurs

Alexia Desaulniers raconte avoir pris part à un autre type de jeux d’évasions semblable appelé Énigma, à Trois-Rivières. Le concept est le même à l’exception que ce dernier met en scène de véritables acteurs qui interagissent avec les participants. Elle explique que « les joueurs ont l’impression d’être à la fois spectateurs de la pièce de théâtre qui se déroule sous leurs yeux et d’en être des personnages inclus dans l’histoire ». Ceci se rapproche du théâtre participatif, car les acteurs professionnels doivent briser le quatrième mur et intégrer le public dans leur performance.

Au Québec, le théâtre peine à garder son auditoire depuis quelques années tandis que les jeux d’énigmes sont de plus en plus populaires. Cette forme réinventée de théâtre participatif pourrait être une solution pour intéresser, sous un nouvel angle, la population aux arts de la scène. De plus, les entreprises de jeux d’énigmes et d’évasions engagent des acteurs professionnels qui sont trop nombreux pour le nombre d’emplois disponibles dans l’industrie actuellement.