Plusieurs Unes du Soleil — Photo: Alice Chiche

QUÉBEC — «Le Soleil ne décline pas !» a déclaré à l’Exemplaire, son rédacteur en chef, Pierre-Paul Noreau, en réaction à l’article du Devoir publié cette semaine au sujet de la crise économique que traverse actuellement le quotidien de la Capitale. Pour M. Noreau, «il ne faut pas perdre espoir».

 Le Soleil  fait face à des difficultés économiques et incite le départ volontaire de vingt-quatre employés. Contacté par l’Exemplaire Pierre-Paul Noreau a souligné que « personne ne fait ce choix-là de gaieté de cœur». En effet, la nouvelle est forte, il faut évincer le quotidien d’une vingtaine de personnes pour faire des économies. Basés sur des départs volontaires, «de nombreux employés ont manifesté un intérêt» pour cet accord. Cela toucherait « toutes les équipes». Rien n’est encore signé, les discussions avec le syndicat sont en cours. Mais il est sûr que Le Soleil sera bien affaibli dès le printemps. Car cela est prévu «à court terme». 

La crise économique qui sévit en ce moment «se passe dans  l’ensemble des médias». Ces coupes dans les équipes se justifient, d’après Pierre-Paul Noreau, «si l’on veut investir dans le numérique». Les mutations numériques de ces dernières années obligent les médias traditionnels à se repenser et développer des outils adaptés, «c’est une période de transition».

Le Soleil est le média qui attire les journalistes fraichement diplômés de l’Université Laval. Cette coupe économique effraie les étudiants. Le rédacteur en chef du Soleil se veut rassurant : «je suis fortement convaincu qu’il y aura de la place pour les bons journalistes». Tout en rappelant que ce n’est pas la première fois que Le Soleil perd en effectif : «J’ai vu plusieurs vagues de départ et il y a toujours Le Soleil» et de l’information. 
Le 4 février dernier, Le Devoir  a titré son article «Le Soleil décline». Dans cet article, il est fait un portrait rapide du Soleil, parlant des coupes précédentes et de l’avenir du quotidien de Québec. Claude Gagnon, président et éditeur du Soleil, s’est exprimé sur l’avenir du quotidien de la Vieille Capitale. Il est annoncé que le journal incite des départs volontaires dans son personnel, ce qui permettrait des «économies annuelles de 1,6 million de dollars». Pour sa part, Pierre Couture, président du Syndicat de la rédaction du Soleil a déclaré ne pas s’opposer «au plan» même s’il se désole de la «diminution des effectifs».