Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Le radio-théâtre : un art méconnu

20 octobre 2020 - 12:56

Depuis l’âge de 8 ans, Jonathan St-Pierre pratique le piano comme loisir. Il fera sa première apparition dans une pièce radiophonique cette année en tant que musicien. (Crédit photo : Nathanaël Paul)


Nathanaël Paul

La fermeture des salles de spectacle, des cinémas et des théâtres, début octobre, a provoqué un émoi dans le milieu culturel. Cette décision de la part du gouvernement Legault est vécue comme une catastrophe par les artistes émergents. Jonathan St-Pierre, jeune musicien, explique toutefois que le radio-théâtre pourrait bien connaître un essor fulgurant suite à la fermeture des salles de spectacle.

Durant la première vague, la chaîne Ici Radio-Canada Première a présenté des radio-théâtres pour soutenir le secteur culturel québécois. L’adaptation radiophonique d’une pièce est tout un casse-tête selon Jonathan St-Pierre. Sans le côté visuel, les compositeurs doivent mettre l’accent sur la musique et les effets sonores. Des instruments comme le piano et le violon sont très utilisés dans le théâtre radiophonique. « La musique est d’une importance capitale dans les pièces radiophoniques. On l’utilise notamment lors des changements de scène pour prévenir l’auditeur qu’on change d’environnement », indique Jonathan St-Pierre.

Les radio-théâtres étaient connus par peu de Québécois avant la pandémie. En effet, ce type d’art n’est pas assez populaire et rentable pour qu’il soit considéré comme un métier. « Dans toute ma vie, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui voulait évoluer dans le milieu du radio-théâtre », pouffe le jeune musicien. Pourtant, certains artistes croient que le radio-théâtre est un bijou culturel en raison du mélange de musique et de théâtre. Ceux-ci sont notamment d’avis que le théâtre radiophonique est un art multidisciplinaire très ardu.

Mis de l’avant par la pandémie

Dans les zones rouges, les pièces radiophoniques sont exclues des restrictions gouvernementales. Plusieurs metteurs en scène se sont donc tournés vers cet art obscur pour la diffusion de leurs œuvres. Les pièces présentées sur Ici Radio-Canada Première mettaient en vedette des comédiens comme Guy Nadon et Ève Landry. Les comédiens québécois veulent notamment soutenir le milieu culturel avec le radio-théâtre.

La durée de la fermeture des salles de spectacle est encore indéterminée pour le moment. Pendant ce temps, le théâtre radiophonique est la solution pour la diffusion des œuvres. Le fait que les pièces soient disponibles en baladodiffusion augmente grandement leur popularité. Selon les données de l’Observateur des technologies médias, un outil de sondages téléphoniques, la popularité des balados a triplé chez les adultes francophones depuis cinq ans.

De plus en plus de Québécois commencent à connaître le théâtre radiophonique en raison de la pandémie actuelle. Jonathan St-Pierre ajoute que « la pandémie est considérée comme étant le sauveur du radio-théâtre avec sa récente popularité ». Les adeptes de radio-théâtre ne s’emballent pas trop puisque la réouverture des salles de spectacle pourrait placer les pièces radiophoniques dans l’obscurité. En effet, le retour du théâtre et du cinéma risque de faire mal au radio-théâtre.

 

Les partitions de piano sont essentielles pour les pianistes dans le radio-théâtre. Jonathan St-Pierre ajoute que « les partitions dans le radio-théâtre sont comme le texte dans un livre ». (Crédit photo : Nathanaël Paul)

 

Le jeune passionné de musique pratique plusieurs instruments. Le merlin est un instrument acoustique utilisé dans plusieurs pièces radiophoniques. (Crédit photo : Nathanaël Paul)