Crédit photo : Fonds Alpha

Cité universitaire – L’entrepreneuriat s’apprend dans l’action et l’audace est importante en affaires. C’est le propos que l’entrepreneur Serge Beauchemin a livré devant plus de 150 personnes au théâtre de la cité universitaire du pavillon Palasis-Prince le 5 novembre. 

Organisée par l’association universitaire Fonds Alpha, la conférence se voulait une opportunité pour les étudiants découvrir les clefs du succès selon le dragon Serge Beauchemin. Celui-ci a d’entrée de jeu voulu briser le tabou selon lequel les gens des milieux défavorisés ne peuvent se rendent loin dans la vie. Serge provient d’une famille monoparentale sur l’île de Montréal et il n’est pas allé à l’Université.

À 22 ans, Serge Beauchemin et deux amis créent une entreprise qu’ils nomment 3-Soft à l’aide de 40 $ et six cartes de crédit. 17 ans plus tard, l’entreprise est vendue pour plus de 75 millions de dollars à un compétiteur. Au cours de sa carrière, il a appris de nombreux éléments qu’il trouve important de transmettre.

Premièrement, il faut une idée, mais aussi avoir évalué le marché au préalable afin de voir si l’idée intéresse les gens. Deuxièmement, avoir une bonne équipe est essentiel. Tout le monde doit marcher dans le même sens tout en ayant des compétences différentes. Troisièmement, il faut aller chercher des ventes. Il faut trouver des gens qui sont prêts à payer pour l’idée initiale même si elle n’existe pas encore. C’est le principe du sociofinancement.

C’est seulement en quatrième que vient l’étape du financement, selon Serge Beauchemin. En effet, le besoin du financier est un retour sur l’investissement alors avec l’étape précédente, il est facile de lui prouver qu’il aura un retour sur son investissement et que le risque de son investissement est minime. Finalement, pour durer en affaires, il faut sans cesse innover, retourner à l’idée initiale et tenter de répondre à de nouveaux besoins chez le client.

Les commentaires étaient unanimes à la sortie de l’événement. «En plus de nous enseigner sa vision de ce qu’est l’entrepreneurship, il a su nous démontrer, en nous relatant ses débuts, que même à notre âge il est raisonnable de croire à la performance de nos projets», a commenté Jean-Benoît Thivierge, notaire fiscaliste qui était parti plus tôt du travail pour entendre la conférence. Pour sa part, Anne-Marie Nadeau a ajouté : «Des conseils précieux de la part d’un dragon, c’est motivant. La conférence était excellente.»

Serge Beauchemin sera de retour à l’émission Dans l’œil du dragon au printemps 2015.