Lise Duchesne, gérante de l’hôtel Econo Lodge de La Malbaie, croit qu’un événement tel que le G7 peut être bénéfique pour l’économie de la région de Charlevoix. (Crédit photo : Vincent Brisson)

En raison de la tenue du G7, il est désormais impossible pour les touristes d’avoir une chambre d’hôtel dans Charlevoix en juin 2018. Comme en témoigne Lise Duchesne, gérante de l’hôtel Econo Lodge de La Malbaie, cela fait plusieurs mois que les hôtels de Charlevoix affichent complet pour la période estivale de 2018.

Les 8 et 9 juin prochains, les représentants de sept des plus grandes puissances économiques de la planète se réuniront au Manoir Richelieu à l’occasion du G7. Lors de cet événement, plusieurs centaines de journalistes et de délégués sont attendus dans la région de Charlevoix.

Même si la rencontre n’a lieu que dans quatre mois, quasiment tous les hôtels de Charlevoix et de la région de Québec sont complets pour le mois de juin à venir. Dans le cas de l’hôtel Econo Lodge où travaille Lise Duchesne, la plupart des réservations pour juin ont été faites peu après l’annonce des dates du G7, presque un an à l’avance.

« Cela fait plusieurs semaines que toutes les chambres de l’hôtel sont réservées à des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Ils seront présents trois semaines avant la date de la rencontre », avance Mme Duchesne. Selon elle, les agents ont aussi fait des réservations pour de brefs séjours avant le mois de juin dans le but de sécuriser la zone ainsi que pour mieux connaître la région.

Un événement d’envergure tel que le G7 sera bénéfique pour l’économie de la région de Charlevoix, car beaucoup de gens de l’extérieur viendront dans la région. Pour profiter de l’occasion que représente le G7 pour les entreprises locales, des réunions entre les commerçants ont eu lieu à La Malbaie et à Baie-Saint-Paul. « Une centaine d’intervenants dans le domaine touristique étaient dans la salle, tous écoutaient le maire parler des enjeux […] », mentionne Lise Duchesne.

Un frein au tourisme estival

Les Charlevoisiens reçoivent fréquemment des touristes dans leur région, mais selon Mme Duchesne il n’est pas commun de recevoir les leaders des plus grandes puissances au monde. Celle-ci croit qu’un événement de la sorte représente une expérience d’emploi intéressante pour les Charlevoisiens. Certains comités d’organisation sont à la recherche de personnel pour s’occuper de la préparation de l’événement.

Malgré le fait que les hôtels soient pleins dans la région de Charlevoix pour la période estivale à venir, ce ne sont pas les touristes habituels qui en profiteront. Presque toutes les réservations d’hôtels enregistrées sont faites au nom de journalistes, de délégués ou d’agents de la GRC.

Le G7 coûtera 244 millions de dollars selon le Premier ministre Justin Trudeau. La moitié de ce budget sera alloué à la GRC afin d’assurer la sécurité. Avec un investissement de la sorte, il sera intéressant de voir les retombées économiques dans la région de Charlevoix.