Photo : Des membres d’EspaceLab travaillant avec de jeunes étudiantes

EspaceLab, le premier fab lab à s’installer dans la région de Québec, est actuellement en plein essor. En activité depuis près de six mois déjà, cet espace situé dans la bibliothèque Monique-Corriveau, est bien plus qu’un simple laboratoire de création numérique d’objets. C’est aussi un véritable lieu de rassemblement pour les gens passionnés par la conception et la création de d’objets de toute sorte.

Des outils à la disposition de tous

Comptant présentement une cinquantaine de membres, l’EspaceLab accueille des gens issus de toutes sortes de milieux. Retraités, travailleurs et jeunes étudiants du secondaire jusqu’à l’université profitent des machines-outils commandées par des ordinateurs et du matériel électronique mis à leur disposition. Bien que les imprimantes 3D attirent beaucoup de gens, ce qu’offre l’atelier de fabrication va au-delà de cela. «Bien souvent quand on dit fab lab, on pense à impression 3D, mais, en ce moment, on a de l’électronique, de l’informatique et on va faire aussi de la robotique», précise le cofondateur Benoît Debaque. D’ailleurs, l’EspaceLab offre aussi aux néophytes le savoir-faire nécessaire à l’utilisation de ses différents outils à travers des cours d’initiation aux logiciels de dessin 3D, par exemple.

Ouvrir le monde de la recherche

Permettre à tout le monde d’entrer dans le milieu de la recherche et de l’expérimentation : c’est ce qu’ont voulu faire les quatre fondateurs de l’EspaceLab. Le concept de Fab lab (de la contraction de l’anglais fabrication laboratory) a vu le jour à la fin des années 90 au Massachussetts Institute of Technology (MIT). Il visait entre autres à ouvrir les barrières de la fabrication numérique et permettre aux gens de toutes origines de s’exprimer et de partager leur savoir. C’est exactement dans cet esprit qu’est venue l’envie de créer un tel espace dans la Capitale-Nationale. «Le fait d’être dans une bibliothèque est une prolongation de notre vision, comme il s’agit aussi d’un lieu de transmission des savoirs» ajoute Mr. Debaque.

Une véritable communauté

Comme les participants viennent de différents milieux et partagent tous la même passion, une communauté se créé naturellement à travers les membres de l’EspaceLab. «C’est la chance de discuter avec plein de personnes de différents domaines, autant en robotique que des gens très doués en informatique, et aussi de connaître les expériences de tout le monde», affirme Samuel Fréchette, technicien en informatique et membre du fab lab de Québec. D’ailleurs, les participants peuvent collaborer ensemble sur divers projets, selon leurs intérêts respectifs. À surveiller : le projet de plante intelligente qui s’arrose seule et publie des billets sur son propre blog. Un projet définitivement inusité!