Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Équitation : un derby amical pour finir la saison

21 octobre 2019 - 17:09

Emmanuel Geoffroy (à droite) est très satisfait du concours des 12 et 13 octobre qui a eu lieu à l’Écurie La Licorne dont il est propriétaire. Une trentaine de chevaux ont foulé chaque jour les installations de l’Écurie La Licorne durant le concours. (Crédit photo : Philippe Hamel)


Pĥilippe Hamel

L’Écurie La Licorne, situé à Sainte-Croix sur la rive sud de Québec, a accueilli quelques dizaines de cavaliers et leurs chevaux les 12 et 13 octobre derniers. Emmanuel Geoffroy, gagnant de la classe de chasse du 13 octobre, est l’un des organisateurs de ce concours hippique. Pour lui et son équipe, ce derby est une compétition amicale pour marquer la fin de la saison équestre.

La troisième année de cet événement a été couronnée de succès, selon Emmanuel Geoffroy. Celui-ci est propriétaire de l’Écurie La Licorne ainsi qu’entraîneur et cavalier de l’équipe Geoffroy Chasseur Sauteur. Une trentaine de chevaux accompagnés de leur cavalier ont participé chaque jour aux classes de la fin de semaine des 12 et 13 octobre.

Il estime qu’un cheval attire en moyenne trois personnes sur place. Il est donc satisfait de la participation que le concours a suscitée. En effet, une centaine de personnes, outre la quinzaine de bénévoles, se sont présentés chaque jour à l’Écurie La Licorne de Sainte-Croix.

« 80 % des cavaliers étaient de calibre provincial », affirme avec fierté le cavalier de 38 ans. Pour l’organisation, il reste important que le derby soit compétitif malgré la nature amicale du concours. Les participants sont tous des amis ou des connaissances de l’entraîneur et de son équipe avec qui ils compétitionnent durant l’été. « La plupart sont de la région, mais nous avons des gens qui viennent d’aussi loin que St-Lazare », renchérit-il.

Le concours comporte deux classes. Une classe de vitesse, le samedi, où les cavaliers ont dû respecter le parcours et bien exécuter les sauts sans faute, le plus rapidement possible. La classe de chasse, qui s’est déroulée le dimanche, est une classe où les qualités athlétiques du cheval sont jugées lors de son parcours et des sauts exécutés.

L’événement, qui en est à sa troisième édition, a vu le jour par hasard il y a de cela deux ans. « Nous avions un concours régional dans une autre écurie qui a été annulé à la dernière minute, et on s’est dit qu’on allait organiser un événement amical », raconte monsieur Geoffroy. Au départ, seul des cavaliers de leur écurie devaient y participer, mais ils ont décidé de l’ouvrir à d’autres et la réponse a été excellente aux dires du propriétaire de La Licorne.

Un coût abordable

La force de ce rendez-vous est la somme modique que les participants ont à débourser. Selon les estimations de l’organisateur, le prix d’entrée est nettement plus bas que celui d’un concours de leur circuit. Cela est expliqué par le fait qu’il y a moins de cavaliers et de chevaux. Monsieur Geoffroy mentionne qu’un concours provincial peut attirer entre 250 et 700 chevaux.

Puisque le concours est hors-circuit, les organisateurs n’ont pas eu  à payer un juge certifié. Ils ont tout de même de bons juges puisque cette année, l’ancienne membre de l’équipe canadienne Lauren Hunkin est venue évaluer les participants.

L’équipe de Geoffroy Chasseur Sauteur participe à des concours tant sur le circuit régional – qui compte six événements dans la grande région de Québec – que sur le circuit provincial. Ce dernier comporte une douzaine de concours un peu partout dans la province.

Emmanuel Geoffroy espère bien voir son événement encore grandir. Toutefois, il veut que le concours garde son caractère amical et qu’il reste un événement sur invitation seulement.

L’équipe de Geoffroy Chasseur Sauteur comporte une vingtaine de jeunes cavaliers de tous les niveaux. (Crédit photo : Philippe Hamel)