Des "supporters" brandissant le drapeau français, Photo AFP

Depuis quelques semaines, sur les réseaux sociaux ou dans les médias, on entend parler de “faux supporters” dans les stades qataris. Une problématique supplémentaire dans le mondial le plus controversé de l’histoire du football.

Comme tous les quatre ans, la coupe du monde occupe l’espace médiatique, des polémiques éclatent bien souvent autour d’affaires de corruption – comme celle de 2018 en Russie -, de sécurité, etc. La coupe du monde 2022 du Qatar a fait couler plus d’encre que les précédentes : homophobie, désastre écologique, non-respect des droits humains, la liste est très longue. Dans tout ce cafouillis, une affaire de faux supporters a fait surface. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le Qatar est accusé d’acheter des faux fans de football.

L’affaire débute en novembre 2022, à une semaine du mondial, l’ambiance commence à monter à Doha, la capitale du Qatar, et des vidéos sont postés sur les réseaux sociaux. On y voit plusieurs groupes de supporters dans les rues ou le métro. Jusqu’ici tout va bien, tout paraît “banal” comparé aux précédentes coupes du monde. Or, les clips vidéos partagés sur les réseaux sociaux sonnent faux, et l’Express, un quotidien britannique, accuse le Qatar d’avoir acheté des faux supporters.

C’est sur des comptes Tik Tok influents, comme @Qatarliving qui est au centre de la polémique, que sont postées les vidéos controversées. On y voit les présumés faux fans défilant aux couleurs de la France, du Brésil ou encore du Portugal. Tous équipés de maillots, de drapeaux et d’autres accessoires,… Pourtant, les pseudos supporters français ne parlent pas la langue de Molière, et la plupart de ces fans semblent d’origines indiennes. Ces fans seraient donc des employés indiens payés par le Qatar pour ambiancer les rues, remplir les places vides dans les stades, et nourrir les réseaux sociaux.

Le Qatar a démenti ces accusations dans un communiqué quelques jours après le début de la polémique. Cela s’expliquerait par “Des supporters des quatre coins du globe – dont beaucoup ont élu domicile au Qatar – ont récemment contribué à l’ambiance locale en organisant des marches et des défilés de supporters dans tout le pays et en accueillant les différentes équipes nationales à leurs hôtels” d’après les mots du gouvernement qatari.

Sur place, beaucoup de supporters français ou anglais postent des vidéos sur Tik Tok où ils se moquent de ces soi-disant faux supporters indiens. Damien, un parisien fan de football, a fait le déplacement jusqu’au Qatar pour soutenir son équipe nationale… et des faux fans présumés il en a vu : “Il y en a partout dans les rues et dans les stades,… Pendant les matchs de l’équipe de France j’en ai rencontré, je trouve ça ridicule, ils ne savent ni parler français, ni citer des joueurs de l’équipe mis à part Mbappé, Griezmann et Benzema. […] Après tant mieux pour eux s’ils gagnent de l’argent en regardant des matchs de football” explique-t-il en esquissant un sourire.

Le média suisse “la Tribune de Genève” a récemment posté un article détaillé à ce sujet, on y apprend des informations intéressantes à propos du mondial, et de Sajidh, un faux fan a priori. Le journal helvétique cite une phrase de ce dernier : “On est là pour le travail, mon pote. Rien d’autre. Demain c’est congé. Et mercredi, on sera supporter d’une autre équipe.”