Sur la page d’accueil du site transactionnel, une invitation est lancée aux visiteurs : « Mettez du bleu dans votre panier! » (Crédit : Chloé Pouliot)

La plateforme transactionnelle du Panier Bleu a été lancée mercredi le 5 octobre. Après plus de deux ans d’attente, les consommateurs peuvent maintenant y faire leurs emplettes à travers une première sélection de 120 commerçants québécois. Parmi ces entreprises figurent Les Belles récoltes de Charlevoix ainsi que Cynthiart etc., qui sont convaincues du projet depuis le tout début.

Destinée à faire rayonner les détaillants québécois dès sa création durant la pandémie, la plateforme du Panier Bleu poursuit dans cette lignée avec sa version transactionnelle. En affichant des produits allant de l’alimentation aux vêtements jusqu’au mobilier, l’objectif du site est de devenir une alternative québécoise aux géants du commerce en ligne.

En mars 2022, l’Académie de la transformation numérique a affirmé qu’Amazon est le site web préféré des cyberacheteurs québécois (48 %). Pour Cynthia Paquette, propriétaire de Cynthiart etc. qui œuvre dans la décoration pour les tout-petits, il faut voir le Panier Bleu comme faisant partie d’un écosystème : « Ce n’est pas parce qu’on achète chez Walmart ou Dollorama que l’on met de côté nos visites dans les boutiques locales, chez les artisans et les producteurs du Québec. » Les consommateurs combineront, selon elle, achats chez les gros joueurs et découvertes locales à l’aide du Panier Bleu.

Se faire connaître constitue, pour Cynthiart etc., un très grand défi. Le Panier Bleu répond à ce besoin en lui offrant « une belle source de visibilité » en plus de recevoir le soutien d’une équipe de marketing.

Brigitte Lavoie, propriétaire des Belles récoltes de Charlevoix, partage cet avis. Étant à la tête d’une ferme produisant des grains biologiques à La Malbaie, celle-ci voit, dans le Panier Bleu, une façon d’atteindre de nouveaux clients partout dans la province. Elle considère que la plateforme agit comme un « porte-voix ». Le Panier Bleu donne les moyens à des entreprises plus isolées de devenir accessibles.

S’étant inscrites dès les balbutiements du Panier Bleu en 2020, les deux entreprises ont vu les consommateurs y transiger avant d’arriver sur leur propre site commercial. Cela les a convaincues de poursuivre les démarches lorsque la version transactionnelle a été annoncée.

L’avenir de la plateforme

Un formulaire est mis à la disposition des visiteurs afin de transmettre leurs impressions sur la version bêta du site. D’après Brigitte Lavoie, elle aimerait voir les artisans et producteurs québécois être mis en valeur à l’aide d’un signe distinctif : « Le Panier Bleu doit mettre de l’avant ses propres enfants ». La plateforme prévoit d’ailleurs afficher le sceau Aliments du Québec ainsi que la certification gouvernementale Produits du Québec sur les articles concernés.

Pour sa part, Cynthia Paquette souhaite que la navigation soit plus conviviale. Ajouter des filtres de recherche à même les fiches des marchands permettrait de faciliter la localisation d’articles spécifiques.

Une campagne de recrutement a débuté avec le lancement de la version transactionnelle. Le Panier Bleu veut garnir son offre en accueillant d’autres marchands provenant de toutes les régions du Québec.

Même si elle croit en la plateforme, Brigitte Lavoie des Belles récoltes de Charlevoix se questionne sur le coût environnemental de l’achat en ligne. Pour un sac de granola vendu ou pour plusieurs, ce sont les mêmes ressources qui sont mobilisées, dit-elle. (Crédit : Chloé Pouliot)