Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

[Instagram] Le stigmate autour du mot « féminisme »

1 juillet 2019 - 10:32


L'Exemplaire

« Bien sûr que je suis pour l’égalité entre les hommes et les femmes, mais je ne suis pas féministe », « Je ne suis pas féministe mais … ». Voilà des phrases qu’on entend souvent dans les discussions. À coup de manifestations et de #BalanceTonPorc, les féministes chamboulent la société patriarcale. Certain.e.s s’inquiètent de voir ces bouleversements et forment une sorte d’antiféminisme. Force est de constater que le mot « féministe » est devenu grossier.

Un reportage de Coleen Tordeur

 

Voir cette publication sur Instagram

 

« Bien sûr que je suis pour l’égalité entre les hommes et les femmes mais je ne suis pas féministe », « je ne suis pas féministe mais … ». Voilà des phrases qu’on entend souvent dans les discussions. À coup de manifestations st de #BalanceTonPorc, #MeToo, etc. les féministes chamboulent la société patriarcale. Certain.e.s s’inquiètent de voir ces bouleversements et forment une sorte d’antiféminisme. Force est de constater que le mot « féministe » est encore grossier dans nos sociétés occidentales. Par ce décryptage réalisé entièrement à l’iPhone, nous allons tenter de comprendre pourquoi le féminisme reste un sujet tabou dans la société québécoise de 2019.

Une publication partagée par Colleen Tordeur – Journaliste (@colleen.tordeur_journa) le