Exemplaire : Média-école des étudiants en journalisme

Média-école des étudiants en journalisme

Des festivals de musique cette année?

19 mai 2021 - 19:40

Les festivals ont un impact positif considérable pour la société, surtout dans le contexte actuel, car ils permettent aux gens de socialiser, d’interagir et apportent un peu de joie dans le quotidien. - Bernard C. Beaudreau, professeur au Département d’économie de l’UQAM, expert en économie régional (Crédit photo : Pixabay)


Mélissa Gaudreault

Déjà reportés l’an dernier, les événements d’envergure comme les grands festivals de musique se trouvent à nouveau dans l’incertitude à l’approche de l’été. En attendant des consignes, les acteurs des milieux touristique et culturel essaient de prévoir plusieurs scénarios et de penser déjà à l’an prochain. 

Sébastien Fournier, directeur général du Festi Jazz International de Rimouski annonce que la 35e édition du festival qui aura lieu comme à son habitude pendant la fin de semaine du travail du 2 au 5 septembre 2021, sans donner plus de précisions sur ce à quoi ressemblera le festival en raison de la situation actuelle.

« Personne [n’] est capable de dire à 100% comment ça s’[enligne]. [On] souhaite être en présentiel mais [l’événement] pourrait être en virtuel ou [en formule] hybride. On vise [des spectacles] devant public [pour] cette année. » – Sébastien Fournier

Si l’événement peut en effet se tenir en présentiel, le nombre de places sera limité et ce sera des places assises assignées à l’avance comme pour une salle de spectacle, dit-il. Son équipe et lui ont tenté d’offrir de la culture sous différentes formes aux citoyens malgré le contexte l’an dernier et ont l’intention de faire de même cette année.

« [Ça permet d’] offrir un divertissement et de la culture aux gens [et surtout de] faire sortir les gens de chez eux. » – Sébastien Fournier

Sur le plan touristique, le directeur du festival a bon espoir qu’il pourra y avoir des touristes québécois, mais il ne pense pas qu’il y aura des touristes de l’extérieur de la province comme lors des éditions précédentes.

« Je ne crois pas nécessairement qu’il n’y aura pas de touristes de l’extérieur de la région [de Rimouski]. » Je pense par contre qu’il n’y aura pas de tourisme hors province ou international. » – Sébastien Fournier

Pour la 20e édition du festival, Sébastien Téguel, directeur du Festival La Virée Trad, espère de son côté pouvoir tenir des activités en présentiel, en respectant bien sûr les consignes sanitaires.

« L’an passé, en 2020, on avait offert une programmation uniquement en webdiffusion, mais c’est pas une solution qu’on souhaite privilégier cette année. On met de côté les activités de proximité [(ateliers, classes de maitre, etc.)] qui [crée] des rassemblements qui peuvent [nuire] au respect de la distanciation sociale, les petits lieux de diffusion (ex. : microbrasseries), donc on devra davantage explorer des plus grands lieux comme l’église ou le centre des congrès. » – Sébastien Téguel

Les organisateurs pensent aussi installer une scène à ciel ouvert pour avoir des spectacles en plein air, ce qui permettrait de faire respecter plus facilement la distanciation physique.

Crée en 2001, le Festival La Virée Trad, qui se tient en octobre dans la ville de Carleton-sur-Mer, est un événement culturel important pour le patrimoine, car il met de l’avant la musique traditionnelle à travers plusieurs formes d’arts de la scène. (Photo courtoisie : Festival La Virée Trad)

Le festival a tenu une édition virtuelle en 2020, qui offrait au public le même genre d’activités que lors des éditions précédentes (spectacles, conférences, atelier, veillée de danse, etc.) et le tout était gratuit. (Photo courtoisie : Festival La Virée Trad)

M. Téguel pense qu’il est important de tenir des événements de ce genre pour la population et pour le festival, car « [leur] mission première est de faire travailler le maximum d’artistes et de techniciens de scène ». De plus, c’est selon lui essentiel de donner au public une occasion de se rassembler autour de la culture et de permettre aux artistes d’interagir avec un public.

Au niveau du tourisme, si la Gaspésie ne change pas de palier d’alerte sanitaire d’ici la tenue du festival cet automne, l’événement sera quand même un succès, mais ciblera probablement plus une population locale, estime son organisateur.

« Si les déplacements entre les différentes régions des différents paliers ne sont pas autorisés, on n’aura pas le choix malheureusement d’en tenir compte et de refuser les gens qui sont à l’extérieur du palier [dans lequel se trouve la région de la Gaspésie] ». Habituellement, notre événement accueille entre 35 et 40% de touristes [et] on accueille [autour de] 7000 festivaliers. Je crains [cependant] qu’on n’accueille beaucoup moins de touristes cet automne. L’événement ciblera davantage les résidents gaspésiens. » – Sébastien Téguel

Soutenir les évènements culturels

Dans un communiqué de presse publié le 18 février 2021, Événements Attractions Québec (EAQ) salue l’initiative de la Ministre du Tourisme, Mme Caroline Proulx, intitulé PACTE qui signifie « Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises ». Cette mesure va permettre à l’industrie touristique de faire face aux enjeux et aux défis dus à la pandémie. Elle comprend notamment l’augmentation du plafond de la partie pardonnable des prêts de 100 000$ à 250 000$. L’EAQ observe déjà de la préparation des organismes touristiques en vue de la saison estivale.

Festivals et Événements Québec (1976) et la Société des Attractions Touristiques du Québec (1992) sont deux organismes à but non lucratif (OBNL) qui ont fusionné pour devenir Événements Attractions Québec. L’organisme a pour but de représenter et soutenir les attractions touristiques, les festivals et les événements en tant que communauté culturelle qui aide à rendre les régions du Québec vivantes. (Crédit photo : Mélissa Gaudreault)

Dans une autre optique, l’EAQ a fait une annonce des résultats d’un sondage interne pour l’intérêt des québécois pour les activités touristiques virtuelles. Selon l’organisme, les acteurs de la culture pourraient bénéficier de la tenue d’activités virtuelles en vue de la saison estivale. L’organisme salut la créativité des acteurs du milieu de la culture qui ont su s’adapter au contexte de pandémie et qui continue à le faire en prévision de l’été 2021. D’après ce sondage réalisé par l’EAQ,

« plus de 35% des Québécois ont l’intention de participer à des festivals et événements virtuels en 2021, alors que 65 % des organisateurs s’apprêtent à offrir du contenu virtuel. Du côté des attractions touristiques, 31 % des organisations vont offrir de la programmation virtuelle, alors que 65 % des consommateurs ont démontré un intérêt pour celle-ci. La majorité des consommateurs (77 % et 81 %) sont prêts à payer pour des activités virtuelles, pour un tarif moyen estimé à 15 $. » – Événements Attractions Québec

Des festivals qui servent de moteur à l’industrie touristique

Selon Bernard C. Beaudreau, professeur au Département d’économie de l’UQAM, expert en économie régionale, il ne faut pas avoir trop d’attentes quant à la tenue des festivals cette année. Si les festivals n’ont pas lieu à nouveau cet été, cela aurait un effet négatif sur l’économie locale, puisque le tourisme à Québec représente environ 29 000 emplois, dit-il. Les événements d’envergure comme les festivals sont importants pour la ville de Québec et particulièrement en été, qui est la période la plus achalandée, ajoute le spécialiste. Les festivals amènent une quantité imposante de touristes de partout dans le monde et contribuent ainsi à l’économie locale, précise-t-il. Pour M. Beaudreau, c’est la quantité de spectateurs qui compte pour les événements: il avance toutefois que les événements prévus pour cette année pourraient être de plus petite envergure et que cela attirerait probablement moins de gens.